Camp Liberty

A Paris, les amis d’Achraf rendent hommage aux victimes d’un massacre

Posted

Dans l’après-midi du 28 juillet des Franciliens, dont de nombreux Iraniens, se sont rassemblés devant l’ambassade d’Irak à Paris pour marquer le 3e anniversaire du massacre des habitants d’Achraf les 28 et 29 juillet 2009 par les forces irakiennes. A l’instigation de Téhéran, le gouvernement irakien avait lancé un raid armé contre Achraf, tuant par balles et à coups de matraque, ou encore en les écrasant sous des blindés, des Achrafiens, opposants iraniens sans armes et sans défense. Onze habitants avaient été tués et deux autres sont décédés plus tard des suites de leurs blessures.

Ils ont donc rendu hommage aux victimes, condamné le gouvernement irakien qui continue ses pressions inhumaines sur les habitants d’Achraf et de Liberty et réclamé les droits des Achrafiens. Plusieurs personnes ont pris la parole avant que le cortège de la manifestation ne démarre. Parmi les intervenants se trouvait Mgr Jacques Gaillot, fidèle soutien des Achrafiens, dont voici les propos :

Comment ne pas être avec vous un 28 juillet qui nous rappelle le sombre anniversaire du premier massacre d’Achraf ? 11 sont morts et deux blessés sont morts après. 13 martyrs qui continuent de nous inspirer, qui continuent de nous donner de la force pour résister. Et je suis heureux de faire mémoire de ces martyrs aujourd’hui avec vous.

Vous savez qu’en ce moment, il y a de fortes pressions qui s’exercent sur Achraf, pour que nos amis partent d’Achraf. Les responsables, aussi bien américains qu’irakiens font du chantage une fois de plus. Ils disent : « Si vous ne partez pas, vous resterez sur la liste noire. » Les Irakiens veulent qu’Achraf soit vraiment rayé de la carte, qu’on n’en parle plus, et que les mollahs soient heureux de ce départ. Eh bien, je pense qu’ils ont tort de faire du chantage, et que nos amis d’Achraf sauront résister, parce que les promesses jusqu’ici n’ont pas été tenues, et que ce qui se passe au camp Liberty ne respecte pas les droits humains fondamentaux.

Et par conséquent, il ne faut pas aller dans cette prison qui ne respecte pas les droits humains. Alors, il faut du courage pour résister et rester à Achraf tant que les responsables américains et irakiens ne changeront pas.

Mais je crois que nos amis Achrafiens, en résistant, en n’acceptant pas de partir dans ces conditions, seront davantage respectés que s’ils partaient. Et nous sommes avec eux. Et sur le plan international, il y a beaucoup de solidarité.

Encore une fois, si on touche à nos amis Achrafiens, on touche à nous. Nous sommes solidaires, nous sommes avec eux. Et par conséquent, le fait qu’on soit là ce soir à Paris, c’est pour dire que nous vivons, non seulement dans la mémoire des martyrs aujourd’hui, mais nous vivons dans cette vie difficile que vous connaissez, et nous sommes avec vous.

J’espère qu’ils sauront que nous sommes là aujourd’hui, et que je leur adresse de tout mon cœur un message non seulement de réconfort mais d’appel à la résistance. Nos martyrs sont morts comme ils ont vécu. Eh bien, nos amis d’Achraf sauront résister comme ils l’ont toujours fait, avec dignité. Ils ont su rester debout, sans armes, devant l’ennemi. Je crois qu’ils continueront à le faire. Et en ce temps de ramadan, je pense que, c’est mon cas en tout cas, je prie pour nos amis d’Achraf, et que je peux vous dire que Dieu ne délaisse jamais ceux qui sont en danger et ceux qui sont entourés d’ennemis. Eh bien, que notre prière soit avec nos amis, et que la résistance continue d’être un témoignage de courage et de fermeté.

Mgr Jacques Gaillot, fidèle soutien des Achrafiens

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *