Camp LibertyEn iran

Amnesty International: Les forces de sécurité irakiennes ont accentué la pression sur les habitants du camp d’Ashraf et continué à user de violence contre eux.

Posted

Amnesty International Reports Rapport 2012 La situation des droits humains dans le monde

Irak Camp d’Ashraf

Les forces de sécurité irakiennes ont accentué la pression sur les habitants du camp d’Ashraf, à une soixantaine de kilomètres au nord de Bagdad, et continué à user de violence contre eux.

Rebaptisé camp Nouvel Irak, il abritait toujours quelque 3 250 exilés iraniens, membres et sympathisants de l’Organisation des moudjahidin du peuple d’Iran (OMPI), un groupe d’opposition iranien. Le 8 avril, les troupes irakiennes ont pris d’assaut le camp en recourant à une force très excessive ; elles ont notamment ouvert le feu sur des habitants qui tentaient de leur résister.

Trente-six personnes – 28 hommes et huit femmes – ont été tuées et plus de 300 autres ont été blessées. Les blessés, ainsi que des résidents gravement malades, ont été empêchés par la suite de sortir du camp pour recevoir des soins médicaux spécialisés. Des responsables gouvernementaux irakiens ont réaffirmé que le camp serait fermé à la fin de 2011, ce qui a amené le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à réclamer un report de la date de fermeture afin de pouvoir s’entretenir avec les résidents souhaitant être reconnus réfugiés.

Les autorités ont accepté à la fin de l’année de repousser le délai de fermeture jusqu’en avril 2012, sous réserve que les résidents soient transférés au camp Liberté, à côté de l’aéroport international de Bagdad.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *