Camp Liberty

Après l’attaque du 15 juin, le gouvernement irakien évacue les murs de protection hors de la zone de Liberty .

evacuation des murs de Liberty (1)L’évacuation des murs de protection en T hors de la zone de Liberty, qui a commencé le 22 juin, se poursuit. Le comité de répression des Achrafiens au cabinet du premier ministre irakien utilise les hommes et les moyens de l’armée irakienne, pour charger et emmener avec des dizaines de grues, de camions et de remorques un grand nombre de murs en T hors de la zone où est situé du camp.

Après l’arrivée des premiers Achrafiens à Liberty en février 2012, les forces irakiennes avaient procédé, malgré les protestations des habitants, à l’enlèvement des 17.500 murs en T que les Américains utilisaient pour la protection des baraquements. Elles les avaient stockés derrière les murs qui délimitent le camp. Après l’attaque à la roquette du 9 février qui avait 8 morts et une centaine de blessés, les habitants avaient demandé le retour des murs dans des centaines de lettres, de rencontres et d’appels téléphoniques aux autorités américaines, onusiennes et irakiennes. Leurs demandes se sont heurtées à l’opposition du gouvernement irakien.

Cet enlèvement dans l’urgence des murs en T, après l’attaque du 15 juin, trahit les intentions funestes du régime des mollahs et de son gouvernement vassal en Irak, qui veulent provoquer davantage de pertes humaines dans la prochaine attaque.

evacuation des murs de Liberty (2)

Le 24 juin, le gouvernement américain a déclaré que « vu les menaces constantes sur le camp », il « renouvelle son appel au gouvernement irakien d’assurer la sécurité du camp » et que « cette question est d’une nécessité extrême ». Cependant, tout indique qu’au moment où l’envoi rapide et collectif des habitants vers des pays tiers est au point mort, le seul moyen d’assurer une sécurité relative des habitants, c’est leur retour à Achraf.

C’est pourquoi, la Résistance iranienne appelle le gouvernement américain et l’ONU à agir de toute urgence, compte tenu de leur responsabilité concernant la protection des habitants de Liberty, pour contraindre le gouvernement irakien à assurer le minimum de sécurité et à ramener les habitants à Achraf.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *