Uncategorized

Audition au Congrès américain sur Achraf .

Posted

Le 7 décembre 2011, une audition s’est tenue au Congrès américain intitulée “Les obligations de l’Irak et la responsabilité du département d’Etat.” L’audition était tenue conjointement par la sous-commission de la Chambre pour la supervision et les enquêtes et celle du Moyen-Orient et de l’Asie du sud. Des parlementaires ont exprimé leur préoccupation sur la situation d’Achraf et appelé au report de la date de fermeture du camp fixée par Maliki.

Dana Rohrabacher président de la sous-commission pour la supervision et les enquêtes:
Cette audition est la dernière chance pour le Congrès de faire comprendre au département d’Etat la gravité de la crise et la tâche sur l’honneur américain qui en résultera si rien n’est fait pour empêcher un autre massacre de civils non armés au camp d’Achraf. Le gouvernement du premier ministre Maliki à Bagdad a décrété qu’il fallait fermer le camp. Maliki dispersera d’abord les habitants dans de nouveaux camps qui pourraient être en fait des prisons. Son objectif est de déporter les opposants iraniens ou du moins leurs dirigeants en Iran où ils seront emprisonnés et il est facile de prédire qu’ils seront torturés et tués en prison.

Parlementaire Russ Carnahan :
Avec le retrait des forces américaines d’Irak et les appels répétés du gouvernement irakien au départ des Achrafiens, il existe une grave inquiétude pour leur sécurité et leur bien-être.

Parlementaire Steve Chabot :
Je suis particulièrement troublé par la mort de 35 résidents du camp d’Achraf lors des affrontements avec les forces irakiennes le 8 avril 2011. Bien que le statut des personnes résidant au camp d’Achraf continue de poser un grave problème, il revient à toutes les parties de s’assurer qu’aucun mal ne sera fait aux habitants du camp.
En conséquence, l’objectif majeur du dialogue de l’administration Obama avec l’Irak sur Achraf devrait être en tout premier lieu d’encourager la protection des habitants du camp, d’assurer une aide humanitaire adéquate aux résidents et d’assurer que le gouvernement irakien respecte ses obligations qui sont à la base de l’accord de transfert. Tandis que la communauté internationale oeuvre à résoudre ce problème complexe, il ne doit pas être fait davantage de tort aux habitants du camp.
Je voudrais me faire l’écho d’appels récents à reporter la date du 31 décembre de fermeture du camp d’Achraf. Je crains que vouloir hâter une solution, ne fasse encourir davantage de tort aux habitants du camp. Bien que trouver des foyers permanents à ces habitants prendra sûrement du temps et qu’il faudra à tous faire preuve de patience, il est important que la communauté internationale comprenne l’urgence de la situation et agisse rapidement.

Parlementaire Ted Poe :
Pourquoi le gouvernement irakien voudrait fermer un camp juste pour le déplace r dans un autre camp en Irak ? Parce que le gouvernement irakien sait que le camp d’Achraf est connu dans le monde comme un lieu de refuge pour les combattants de la liberté iranien.
L’Irak sait que s’il attaque ce camp alors qu’ils s’y trouvent toujours, il provoquera une condamnation mondiale, comme en 2009 et 2011 quand il a massacré plus de 40 civils non armés.
Ce sont des gens qui ont été tués. Ce ne sont pas des statistiques. Ce sont de vrais gens et ces 47 personnes sont mortes parce que le gouvernement irakien les a tués, dans deux attaques du camp. Est-ce que c’est ce qui va se passer le 1er janvier à moins que les USA n’interviennent? On ne le sait pas. Mais allons-nous laisser faire ? J’espère que non.
Il est malheureux ou peut-être heureux que des parents de ces 47 personnes soient aujourd’hui avec nous aujourd’hui, pour demander au Congrès d’agir pour empêcher un autre massacre de résidents dans le camp. Les Achrafiens disent ne pas faire confiance au gouvernement irakien. Je ne le leur reproche pas. Il a envahi le camp à deux reprises. J’ai ici une lettre d’un eurodéputé disant que les membres du camp pensent que le 1er janvier, à moins que quelque chose ne se passe, ils seront confrontés à une mort certaine, et qu’ils ne partiront pas volontairement.

Parlementaire Judy Chu :
Je pense que le département d’Etat devrait user de sa position et de son influence pour reporter la date du 31 décembre pour la fermeture d’Achraf. Nous devrions pousser le gouvernement irakien à ne pas déplacer les habitants d’Achraf à travers l’Irak et nous devons exhorter le gouvernement irakien à laisser le HCR faire son travail pour aider les habitants du camp à trouver un endroit sûr quand il sera fermé.

Parlementaire Bob Filner :
Nous connaissons les problèmes. Trouvons un endroit pour les réfugiés. Protégeons-les si nécessaire. On pourrait y laisser cinq ou dix soldats. Ce n’est pas beaucoup mais je vous parie que cela change toute la situation. Mettez une résolution au Consiel de Sécurité. Dites que les troupes de l’ONU doivent aller là-bas pour protéger Achraf. Ce n’est pas simple à faire mais montrons où se placent les USA dans cette histoire. Prenons le leadership. Montrons un peu d’agressivité. On est capable de montrer du leadership. Ne soyez pas aussi timorés.

Parlementaire Sheila Jackson-Lee :
Je veux que vous coupiez les fonds à Maliki. Maliki va venir, j’apprécie la souveraineté et j’apprécie la dignité de sa fonction, mais je pense qu’il ne doit pas être reçu dans le bureau ovale de la Maison Blanche par le président tant qu’il n’aura pas accepté qu’il ne doit pas assassiner ou mutiler les gens du camp d’Achraf. Il ne mérite pas de s’asseoir avec notre président s’il n’accepte pas cela avant. Qu’est-ce que vous comptez faire pour empêcher le sang de couler ? Est-ce que nos soldats seront là?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *