Camp LibertyEn iran

Dans une démarche inhumaine, le gouvernement irakien empêche l’entrée de produits de premières nécessités

Posted

• Le silence des Etats-Unis et de l’ONU face à ces démarches inhumaines et les violations constantes du Protocole d’accord est inacceptable.

Sur instruction du représentant de gouvernement irakien, Sadegh Mohammad Kazem, du lieutenant Ahmade Khozeir et de ses agents en civil qui se sont récemment installé au camp Liberty, le vendredi 8 juin, les forces irakiennes ont empêchée l’entrée, dans ce camp, de deux camions contenant des articles de premières nécessités.

Les camions contenaient des produits alimentaires comme des haricots, farine et pates, ainsi que des  articles comme des produits hygiéniques, stylos, tuyaux de canalisation d’eau, carafes métalliques, seaux de peinture, bas, colles, tissues, cordes, tricycles pour les handicapés, pompes à eau, dynamos pour machine à coudre etc…

Ce refus intervient au moment où les résidents ont un fort besoin de ces articles de premières nécessités. Plusieurs résidents handicapés attendaient depuis longtemps l’arrivée des tricycles qui ont été retournés aujourd’hui. Les dynamos des machines à coudre des résidents sont des articles très nécessaires pour les ateliers de couture. Les pompes à eau sont vitales pour les résidents puisque malgré leurs maintes demandes, les responsables irakiens n’ont rien fait pour réparer les pompes d’eau défectueuses.

Les appels consécutifs des résidents auprès des représentants de la MANUI pour résoudre ces problèmes ont été en vain. Les camions ont été forcés de retourner vers 23h00 locale.

Empêcher l’entrée d’articles de premières nécessités, ainsi que la présence des agents en civile sont des violations flagrantes du Protocole d’accord signé entre le gouvernement irakien et le Représentant  spéciale du Secrétaire général de l’ONU.

L’article 3 du Protocole d’accord précise que « le gouvernement irakien doit garantir» que le camp Liberty « sera compatible avec les normes humanitaires et les droits de l’homme », « facilitera et permettra  la mise en œuvre de contrats bilatéraux entre les résidents et les entreprises privées, à la charge des habitants,  pour fournir des services de base comme l’eau, la nourriture, les communications, l’assainissement, ainsi que  l’entretien et la réparation des équipements. »

Le Protocole d’accord précise également que « la sécurité de la population hébergée dans le ‘lieu de transit  temporaire’ (Liberty), ainsi que le personnel des Nations-Unies qui travaille sur place ou à proximité, sera  assurée par des officiers formés dans ce but par les Nations-Unies. »

Concernant les points mentionnés, la Résistance iranienne exige que la MANUI et le Représentant spécial des Nation-Unis répondent à trois questions simples:

1- Est ce que le refus  répété de l’entrée  des  articles de premières nécessités au camp Liberty au cours des quatre derniers mois, est ou n’est pas, une violation du Protocole d’accord?

2-  Est-ce que Sadegh Mohammed Kazem et Ahmad Khozeir et les agents en civil qui règnent sur Liberty, ont été formés par la Mission d’Assistance des Nations-Unis en Irak?

3-  Si la réponse est négative, pourquoi la MANUI reste silencieuse? Pourquoi la MANUI ne prend ni position contre les violations, ni les dénonce dans ses rapports?

Soulignant une fois de plus, qu’à la demande du régime des mollahs, le gouvernement irakien, à travers l’intensification systématique des pressions et de la répression des résidents, prépare un troisième massacre et cherche en vain à faire plier les résidents, la Resistance iranienne appelle les Etats-Unis et l’ONU à condamner et à mettre fin à ces pratiques criminelles. Le silence et l’inaction vis-à-vis des violations constantes du Protocole d’accord par le gouvernement irakien sont honteux et trahissent les valeurs fondamentales des Nations-Unis.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *