Camp LibertyEn iran

Délit de filiation lourdement sanctionné en Iran : Des parents d’habitants d’Achraf et Liberty condamnés dans des simulacres de procès

Posted

prison 3Trois prisonniers politiques viennent d’être condamnés dans un simulacre de procès en Iran. M. Nasser Sodagary, 65 ans, et sa femme Tahereh Pour-Rostam, ont été condamnés à cinq ans de prison et à dix ans d’exil à Zahedan (sud-est de l’Iran), et leur fils Pouyan Sodagary, un étudiant de 24 ans, a écopé de six ans de prison et de six ans d’exil à Kerman.

Ces trois détenus politiques qui ont de la famille parmi les membres de l’OMPI au camp Liberty avaient été arrêtés le 1er mai 2011 et immédiatement soumis à maintes tortures physiques et psychologiques pour leur extorquer des aveux forcés et télévisés. Mme Pour-Rostam souffre d’une grave maladie cardiaque et Pouyan a été blessé lors de son arrestation. Nasser Sodagary, avait déjà été prisonnier politique dans les années 1980 et a été victime à plusieurs reprises des agressions des gardiens de la révolution.

Le Dr. Hani Yazarlou, un autre prisonnier politique, a été condamné à un an de prison et dix ans d’exil. Son épouse, Nazila Dachti et deux de ses fils, Hamed, 31 ans, ingénieur expert en aérospatial, et Houd, 25 ans, ont subi des années d’emprisonnement et de torture dans les depuis 2007 pour avoir rendu visite à de la famille à Achraf ou avoir entretenu des contacts avec elle.

Mme Moloud Safa’i, une autre prisonnière politique, a été condamnée à cinq ans de prison et cinq années d’exil à Semnan pour avoir participé à une commémoration des prisonniers politiques exécutés Ali Saremi, Ja’afar Kazemi et Mohsen Dogmechi. Ebrahim Saïdi, le mari de Mouloud, et son père Hassan-Ali Safa’i, un marchand réputé du Bazar de Téhéran ont été exécutés en 1981 pour leur soutien à l’Ompi. Plusieurs parents de Mme Safa’i se trouvent au camp Liberty.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *