ActualitésFemmes

Deux femmes à la conquête du Brésil

Posted

images (1)L’actuelle présidente du Brésil Dilma Rousseff, d’une audace et fermeté reconnues, était assurée il y a quelques semaines de briguer un second mandat. C’est un véritable tournant de campagne à la fois tragique et digne de film hollywoodien qui a mis en avant une autre candidate, l’écologiste Marina Silva.

Silhouette allongée et menue, cheveux noirs à l’éternel chignon, cette femme de 56 ans gagnerait dans tous les cas de figure au second tour de la présidentielle dans un pays aux contrastes multiples, qui compte près de 200 millions d’habitants.

Marina Silva: une ascension surprenante

Alors en liste pour la vice-présidence, Marina Silva avait dû remplacer fin août son camarade de formule pour le Parti Socialiste Brésilien (PSB), Eduardo Campos, mort dans un accident d’avion. Cette femme, au visage métisse, originaire de la région amazonienne d’Acre dans l’ouest du pays, issue de minorité ethnique (Zambo), a survécu à trois hépatites et au paludisme.

Ministra Marina Silva pede demissãoMarina Silva fut la plus jeune sénatrice de l’histoire du Brésil, ministre l’environnement (2003-2008) au sein du gouvernement de Lula da Silva, elle décide de quitter soudainement le Parti des Travailleurs en 2009 et se rallie au parti écologiste. Lors des dernières élections présidentielles (2010) elle arrive en troisième position avec un score honorable de 20%.

Comment expliquer ce tournant de campagne quand il y a un mois, Eduardo Campos était seulement à 9% dans les sondages? Marina Silva représente de part son parcours et son leadership, une figure politique beaucoup plus proche de Lula da Silva, d’origine sociale défavorisée, un visage métisse dans lequel se reconnaissent beaucoup de brésiliens. Sa lutte pour la protection l’environnement et contre la déforestation fait aussi écho chez les plus jeunes électeurs.

Nul ne doute que le Palais da Alvoradale sera occupé par une femme pour les quatre prochaines années, une bonne nouvelle pour poursuivre l’action en faveur des droits et l’égalité des genres.

Mais l’enjeu sera de taille pour ce pays moteur du continent latino-américain, conjuguer croissance économique, développement durable et lutte contre les inégalités, tout en préservant une certaine cohésion sociale. Rendez- vous le 5 octobre pour le premier tour.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *