ActualitésFemmes

EMBONPOINT ET OBÉSITÉ: Les femmes plus malades

Posted

Le surplus de poids cause davantage de problèmes de santé chez les personnes de sexe féminin

Chez les obèses féminines, les spécialistes ont décelé 17 problèmes de santé reliés directement au surplus de poids, comparativement à neuf chez les hommes.evolution-of-obesity Montréal (Canada) – Alors que 51 % des Québécois sont aux prises avec un surplus de poids, une nouvelle étude de l’Institut de la santé publique démontre qu’il y a davantage de problèmes de santé reliés à l’embonpoint et à l’obésité chez les femmes.

«L’obésité, à elle seule, est associée à près de deux fois plus de problèmes de santé chez les femmes que chez les hommes», conclut l’étude qui dresse pour la première fois le portrait global des problèmes de santé reliés au surplus de poids et à l’insuffisance de poids.

«Au Québec, le surplus de poids va de pair avec un plus grand nombre de problèmes de santé», constate le document précisant le fardeau du poids corporel chez les adultes de la province.

Embonpoint

Les hommes et les femmes aux prises avec de l’embonpoint ont déclaré avoir en moyenne un seul problème de santé, alors que les personnes étant dans la catégorie des obèses présentent généralement plusieurs maux.

En plus de la déclaration des maladies chroniques, les maux de dos, la limitation des activités et des problèmes de santé fonctionnelle, l’étude met l’accent sur «l’ampleur particulièrement importante» des déclarations des obèses souffrant du diabète de type 2 et d’hypertension.

Chez les obèses féminines, les spécialistes ont décelé 17 problèmes de santé reliés directement au surplus de poids, comparativement à neuf chez les hommes.

Des Problèmes de santé mentale

Les problèmes de santé mentale des personnes atteintes d’obésité sont aussi seulement associés aux femmes.

Ces dernières souffrent de troubles d’humeur, de détresse psychologique et ont une faible estime de soi.

«Cette observation pourrait être expliquée comme un risque réel plus important associé à l’obésité chez les femmes, mais peut-être aussi comme une conséquence des différences dans la déclaration de l’état de santé entre les sexes», mentionne l’étude.

Piètre portrait

Depuis 20 ans, le pourcentage de personne adulte en surplus de poids a dépassé la barre psychologique des 50 %. En effet, en 1987, 31 % des Québécois de 18 ans et plus faisaient de l’embonpoint, alors qu’aujourd’hui c’est 51 %.

«En ce qui a trait à l’obésité, le Québec se place ainsi dans une situation peu reluisante en comparaison avec les pays de l’organisation de coopération et de développement économique», relate le document.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *