Camp Liberty

Empêcher les interprètes d’accompagner les malades, une nouvelle persécution des habitants de Liberty

Posted

malade à LibertyLe 20 février, dans une mesure inhumaine, les forces irakiennes sous les ordres du comité chargé de la répression des Achrafiens, comité dépendant du cabinet du premier ministre, ont empêché les interprètes d’accompagner des malades en consultation chez des médecins irakiens à la clinique de Liberty. C’est contraire à ce qui s’est fait l’an passé. La plupart des malades ne connaissent pas assez d’anglais ou d’arabe pour expliquer leurs problèmes médicaux.

C’est pourquoi les représentants des résidents et des malades se sont adressés à la MANUI pour lui demander de faire lever cette restriction inhumaine. Malheureusement la MANUI n’a rien fait de sérieux à cet égard.

Cette mesure continue les persécutions psychologiques et physiques des habitants de Liberty en les privant d’un libre accès aux soins médicaux, dont ils sont victimes depuis que le gouvernement irakien a pris en main en 2009 leur protection ; blocus qui a mené à la mort de nombreux habitants jusqu’à présent. Le 23 décembre 2012, Behrouz Rahimian a fait une attaque cardiaque et en est décédé parce que les services de renseignement irakiens avaient empêché son hospitalisation.

Vu que toutes ces restrictions, comme celle d’empêcher les interprètes d’accompagner les maladies, se font sous leur supervision, les membres du comité chargé de la répression, les agents du renseignement et le Premier ministre lui-même sont tous responsables des torts et des pertes de vies qu’elles engendrent. Ils doivent être poursuivis en justice et jugés. La MANUI et Martin Kobler doivent aussi être tenus responsables à cause de leur silence sur ce blocus inhumain et les torts qu’il a causés.

Dans un communiqué, la Résistance iranienne appelle à une intervention immédiate du HCR, du Secrétaire général de l’ONU  et du gouvernement américain, qui sont responsables de la sécurité des habitants, pour faire lever ces restrictions inhumain et faire en sorte que les habitants aient un accès libre aux soins médicaux.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *