ActualitésEn iranFemmes

Grand mollah : Iran, royaume des femmes !

Posted

En Iran, la vie d’une femme vaut la moitié de la vie d’un homme, selon la lauréate Nobel de 2003 Shirine Ebadi.
« Si mon frère et moi sommes attaqués dans la rue, les indemnités versées pour la vie de mon frère seront le double des miennes. Un fils reçoit un héritage deux fois supérieur à celui reçu par sa sœur. Dans les affaires judiciaires, le témoignage d’un homme équivaut à celui de deux femmes. Et dans la plupart des cas, le témoignage d’une femme ne vaut rien, » affirme Madame Ebadi au Monde.
Pourtant, il y en a qui affirment « celles et ceux qui réclament un manque de vivacité parmi les femmes en Iran ne connaissent rien de l’Iran ». Selon l’Ayatollah Hassan Mamdouhi, ex-membre du Conseil des experts religieux (chargé de « choisir » le guide suprême du régime parmi les mollahs si l’actuel guide quitte la scène d’une quelconque raison), « les femmes iraniennes vivent la vie des reines parmi toutes les femmes du monde entier, donc elles seraient forcement parmi les plus joyeuses. » (Siteweb officiel Jam-e-jam online, le 27 juillet 2016)
MamdouhiSelon cet Ayatollah, le fait que « les Iraniennes ne sont de moins inquiétées pour payer leurs dépenses, étant donné que selon les lois islamiques ce sont les maris qui s’en occupent, les permet de jouer un rôle de plus en plus visible dans la maison et dans la société ».
N’en restant pas là, le grand Mufti poursuit : « On voit que dans les sociétés occidentales chacun est responsable de ses propres dépenses, et la femme et son mari travaillent séparément pour pouvoir se financer, donc les femmes iraniennes sont des reines dans leur royaumes en s’appuyant sur leurs maris et de quoi elles jouissent des meilleurs conditions morales et matérielles. »
Juste pour rappeler quelques articles du code civil actuel iranien :
Article 1108: “Quand une femme refuse de remplir ses devoirs conjugaux vis-à-vis de son époux sans entrave justifiable, elle ne mérite pas d’être nourrie, logée et habillée, ni même de recevoir une pension alimentaire.”
Article 1117: “Le mari a le droit d’empêcher sa femme de choisir une profession qui va contre l’intérêt de la famille ou de l’honneur du mari ou de la femme.”
Article 1133: “L’homme peut divorcer de sa femme quand il le veut.”
Pas exactement une vie de château !
Lire davantage sur les lois misogynes des mollahs

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *