Musulmane et laïque ? Comment et pourquoi ?

L’intégrisme islamiste fait rage, au Moyen-Orient mais aussi bien au sein des démocraties occidentales. Plus d’un millier de Jihadistes français partis en Syrie se joindre à Daech montre que le problème est d’un poids remarquable, d’autant plus que les jeunes recrutés l’ont devenu à travers une propagande « ouverte » sans être soumis à aucune pression physique, donc de leur propre choix. Cela montre les dimensions idéologiques importantes du phénomène et exige des solutions de cet ordre pour pouvoir y faire face d’une manière efficace.

Qui parle de l’intégrisme islamiste, parle de la misogynie au nom de la religion. Donc c’est évident que la solution idéologique comporte, en elle-même, une participation accrue des femmes et la mise en valeur de la femme, dans une sorte de moteur conçu pour mobiliser et activer contre cette façon de penser.
Dans cet état des affaires, il faut d’abord un vif échange d’idées et de points de vue permettant de trouver des points communs de repères et des grandes lignes d’un mouvement de mobilisation dans ce but.
Il est donc important que les unes et les autres prennent la parole. Mais il est primordial que les musulmanes connaissant les divers aspects du problème soient présentes. Plus il y a des musulmanes (et des musulmans) qui s’expriment, plus il y a d’effets pour orienter la jeunesse et la public religieux qui garde forcement une certaine méfiance vis-à-vis une mobilisation qu’il ne peut voir que comme visant sa croyance religieuse. Pour lui, le concept de la laïcité s’explique difficilement par la bouche de ceux et celles qu’il considère non-croyants, car pour ce public la laïcité est parfois égale à l’apostasie.
Nous essayons d’ouvrir une tribune pour permettre aux unes et aux autres à entamer le débat, avant de pouvoir développer ce débat au cours des colloques et des séances d’échange permettant à pousser davantage le débat pour le généraliser.
Nous croyons que comme cela nous pouvons contribuer à un dialogue, plutôt qu’un conflit, entre les différents points de vue sur ce sujet assez sensible.

Interviews:

n°1

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *