ActualitésCamp Liberty

Huit mois pour enterrer les dépouilles de réfugiés iraniens en Irak

 

liberty-soldat irakienOn peut véritablement parler de prise d’otage. Les agents de Téhéran en Irak ne sont pas à une exaction près. Ils déploient des trésors d’ingéniosité pour persécuter les réfugiés iraniens du camp Liberty et cela prend diverses formes. L’une des plus sales étant de refuser pendant des mois de restituer les corps des morts aux familles et de les enterrer. A leurs yeux peu importe qu’il soit mort ou vivant, seul le statut d’otage importe.

Ainsi après avoir empêché pendant huit mois l’inhumation des victimes de la quatrième attaque sur le camp Liberty, le 18 août les forces irakiennes ont finalement accepté de les enterrer. Cependant, dans une autre mesure inhumaine, les agents n’ont pas permis que la famille ni même les amis assistent à la cérémonie. Ce n’est qu’au bout de nombreux efforts, que seulement quatre habitants de Liberty ont été autorisés à récupérer les corps à la morgue et à les transférer aussitôt pour l’enterrement. Les limitations et les conditions imposées à ces quatre personnes dépassent l’entendement. Elles ont dû chercher pendant des heures dans la morgue, sans aucune norme d’hygiène et dans des conditions de saleté extrême, les dépouilles des martyrs avant de pouvoir les charger dans un véhicule qui les a emmenées au cimetière.

Il faut rappeler que les habitants, leurs représentants et avocats n’ont cessé durant toute cette période de suivre l’affaire par des centaines d’appels téléphoniques et de lettres et de toutes une variété de démarches auprès des autorités onusiennes, des gouvernements américain et irakien et d’autres organisations internationales à Bagdad, Genève, Washington, New York et dans les capitales européennes pour récupérer les corps et les faire enterrer.

Pendant ce temps les efforts des habitants et de leurs représentants pour obtenir l’autorisation de récupérer le corps de Mohammad Babaï – membre de l’OMPI décédé le 28 avril 2014 en raison du blocus médical criminel du camp Liberty – avec les quatre autres dépouilles, sont restés vains. Cela fait près de quatre mois que les forces irakiennes retiennent ce corps littéralement en otage.

De fait, l’ombre funeste du régime inhumain des mollahs, du chef de la Force Qods Ghassem Soleimani et de leur premier ministre fantoche continue de peser lourdement sur l’Irak. Cependant le plus étrange c’est que les rapports sur les droits humains de la MANUI et le rapport périodique publié au nom du Secrétaire général de l’ONU sur l’Irak ne font aucune allusion sur ces mesures ignobles et inhumaines.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *