Camp Liberty

Irak : A la demande du chef de la Force Qods, les cercles du pouvoir réclament des biens d’Achraf

Posted

Selon des informations reçues de l’intérieur du régime des mollahs, dans la ligne de la politique visant à priver les Achrafiens de leurs biens, le chef de la force terroriste Qods Ghassem Soleimani a demandé au conseiller national à la sécurité du gouvernement irakien, aux ministères et aux institutions en Irak de faire valoir des droits sur une partie des biens des Achrafiens.

Cette mesure illégale survient après les visites le mois dernier de Ghassem Soleimani et d’Ahmad Vahidi, ministre de la Défense du régime iranien et ancien commandant de la Force Qods et avant l’arrivée en Irak d’Ahmadinejad le président de la dictature religieuse. Le 3 octobre, Vahidi avait rencontré le premier ministre et le lendemai, le président de la république irakienne.

Selon ces informations, en réponse aux instructions du cabinet du premier ministre, certains ministères et cercles gouvernementaux ont prétendu avoir des droits de propriétés sur certains biens d’Achraf et pour cela ils ont recours à de faux documents qu’ils devraient adresser à des tribunaux sous l’influence du gouvernement. Les informations précisent que les ministères de l’Agriculture, de l’Electricité, des Transports et de la Défense prétendent détenir la propriété de terres, de machines et d’équipements agricoles, de générateurs et d’équipements électriques, de bus, de minibus, de camions et d’autres véhicules et équipements à Achraf.

Or les documents d’achats de nombreux biens des résidents sont disponibles et beaucoup d’entre eux sur la propriété de générateurs et d’équipements médicaux ont été remis au gouvernement irakien et à la MANUI. La police de la route en Irak a enquêté sur 1200 véhicules divers à Achraf, un par un, et personne n’est venu en réclamer aucun. Seules les plaques de 9 véhicules n’ont pas été vérifiées.

Nier les droits à la propriété des Achrafiens est un vol d’une grande lâcheté opéré à la demande du régime des mollahs et une violation de nombreux articles des conventions internationales, comme la 4e convention de Genève et le droit international sur les réfugiés, dont bénéficient tous les habitants d’Achraf et de Liberty.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *