ActualitésFemmes

Irak : Les forces de sécurité font subir des exactions aux femmes en détention

Posted

(Bagdad) – Les autorités irakiennes maintiennent illégalement en détention des milliers de femmes irakiennes et font subir à un grand nombre d’entre elles des tortures et d’autres mauvais traitements, y compris des menaces de violences sexuelles, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui. En Irak, le système judiciaire, qui présente de graves lacunes et est rongé par la corruption, fonde fréquemment ses verdicts de culpabilité sur des aveux extorqués et les procédures pénales ne sont pas conformes aux normes internationales. De nombreuses femmes ont été maintenues en détention pendant des mois, voire des années, sans qu’aucun chef d’accusation n’ait été retenu contre elles, avant de comparaître devant un juge.

Dans ce rapport de 105 pages, intitulé « ‘No One Is Safe’: Abuses of Women in Iraq’s Criminal Justice System»(« ‘Personne n’est en sécurité’: Abus à l’encontre de femmes dans le cadre du système de justice pénale en Irak »), Human Rights Watch documente les exactions subies par les femmes pendant leur détention en se fondant sur des entretiens réalisés avec des femmes et des filles, sunnites et chiites, en prison; avec leurs familles et leurs avocats; et avec des prestataires de services médicaux dans les prisons, alors que le pays connait une escalade de violences dans lesquelles sont impliqués les forces de sécurité et divers groupes armés. Human Rights Watch a également examiné des documents d’audience, ainsi qu’une masse d’informations recueillies lors de rencontres avec les autorités irakiennes, parmi lesquelles des responsables des ministères de la Justice, de l’Intérieur, de la Défense et des Droits de l’homme, ainsi que deux Premiers ministres adjoints.

« Les forces de sécurité irakiennes et les autorités chargées de les superviser se comportent comme si commettre de violentes exactions contre les femmes pouvait rendre le pays plus sûr», a déclaré Joe Stork, directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. « En fait, ces femmes et les membres de leurs familles nous ont dit que tant que les forces de sécurité continueront à commettre des violations des droits humains en toute impunité, la situation du pays en matière de sécurité ne pourra que s’aggraver.»

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *