Uncategorized

Iran : 14 exécutions à Oroumieh, Kerman, Ahwaz et Qazvine

Posted

Rafles à travers le pays

Le régime inhumain des mollahs a pendu 14 prisonniers entre le 3 et le 8 septembre, dont trois à Oroumieh (nord-ouest), quatre à Kerman (ouest), six à Ahwaz (sud-ouest) et un à Qazvine (nord-ouest).

Selon la presse officielle, le régime a exécuté dans les huit premiers mois de l’année 206 prisonniers. Durant la même période, il a procédé à 228 pendaisons clandestines au moins.

En même temps que les exécutions arbitraires, le fascisme religieux au pouvoir en Iran a lancé de grandes rafles dans divers points du pays. Ces derniers jours seulement, 769 personnes ont été arrêtées dans la province du Kurdistan dans le cadre du soi-disant plan de développement de la sécurité publique (site officiel Asr-e-Iran, 5 septembre). D’après Mohsen Hassan Khani, le chef des forces de sécurité du Kurdistan, ces arrestations se sont faites sous le prétexte de diffusion et d’acquisition d’équipements de réception des émissions satellites et de CD interdits, de diffusion et d’acquisition d’alcools, d’infractions au code vestimentaire, de diffusion et d’acquisition de produits anti-culturel ! (Agence Mehr, liée au ministère du renseignement le Vevak, 5 septembre)

Ces derniers jours, 91 personnes à Ispahan, au moins 30 personnes à Sari, et un grand nombre de jeunes à Téhéran, Machad, Racht, Hamedan et Babol ont été arrêtées pour des infractions à caractère sociales. Des centaines de protestataires de la révolte courageuse de la population d’Oroumieh et de Tabriz et lors du raid des agents contre les Derviches de Gonabad dans la ville de Kevar dans la province de Fars, ont été arrêtées.

En intensifiant la répression et les pendaisons, le régime cherche à contenir la flamme de la révolte et la montée du mécontentement populaire. Cependant la lutte au sein du régime du guide suprême confrontée à une des plus grandes crises, la chute de la dictature en Libye et le soulèvement en Syrie, met plus que jamais la chute du régime en perspective.

Nous appellons le Conseil de sécurité de l’ONU, le secrétaire général, le Haut commissariat aux droits de l’homme et l’ensemble des organes internationaux concernés à intervenir de toute urgence pour faire cesser le déchainement de ces crimes et ces terribles violations systématiques des droits humains en Iran.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *