ActualitésEn iranFemmes

Iran: 7 000 «indics» déployés à Téhéran pour lutter contre «l’immoralité» et surveiller les femmes

Le régime des mollahs envoie depuis ce lundi des indicateurs dans la rue pour contrôler que toutes les femmes portent correctement leur voile mal voilée

 

Quelque 7 000 indicateurs en civil ont commencé à patrouiller lundi dans les rues de Téhéran pour lutter contre «l’immoralité», notamment le mauvais port du voile, a annoncé le chef de la police de la capitale iranienne. «Les patrouilles en civil commencent leurs activités à partir d’aujourd’hui à travers la ville», a déclaré le général Hossein Sajedinia, cité par l’agence Mizan qui dépend de l’autorité judiciaire en Iran.

Les agents auront la charge de surveiller «le mauvais port du voile, les nuisances sonores, le harcèlement des femmes et le non respect du (port du) voile dans les voitures», a déclaré le général Sajedinia.

En novembre, la police avait annoncé que les voitures ayant à leur bord une conductrice ou une passagère non ou mal voilée seraient saisies pendant une semaine.

Serrer la vis face au «relâchement vestimentaire»

Le port du voile est obligatoire en Iran pour les femmes, qu’elles soient iraniennes ou étrangères et quelle que soit leur confession, depuis l’arrivée au pouvoir de la dictature religieuse en 1979.

Mais ces dernières années, on a assisté à un relâchement de la tenue vestimentaire des femmes. Dans les ruesiraniennes en voitures de la capitale et des grandes villes de province, il n’est ainsi pas rare de voir des conductrices ayant laissé tomber leur foulard sur les épaules. Des passantes laissent aussi dépasser leur chevelure et portent des vestes ou manteaux courts et moulants.

Serrer la vis aux femmes, priver les détenus politiques de soins médicaux dans les prisons ou exécuter d’avantage de prisonniers (au moins 977 en 2015 selon Amnesty); en Iran des mollahs, tous les moyens sont bons pour maintenir le climat de terreur. Mais est-ce que toutes ces mesures répressives, épaulées par la politique de rapprochement de l’Occident avec les mollahs et la ruée des entreprises européens vers “l’eldorado” iranien pour conclure des contrats juteux, pourront-elles empêcher le renversement du régime et sauver la dictature moyenâgeuse des mollahs? Rien n’est moins sûr quand l’on connait un peu l’Iran, un pays héritier d’une grande civilisation, avec une jeunesse avide de liberté, de démocratie et d’une République basée sur la séparation de l’Etat et de la religion, le pluralisme politique et l’égalité entre les hommes et les femmes dans la direction politique du pays.

Share this...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *