ActualitésEn iranFemmes

Iran: Corps carbonisé de l’activiste kurde trouvé, services secrets montrés du doigt

Posted

Dix jours après la disparition de Maryam Faraji, activiste kurde iranienne des droits de l’Homme, la police départementale de Karaj (ouest de Téhéran) a demandé à ses parents de se rendre à son siège pour identifier le corps carbonisé de leur fille.

La famille de Maryam Faraji a déclaré que leur fille n’avait pas d’ennemi menaçant connu et est convaincue qu’elle avait été arrêtée par des agences de sécurité et envoyée vers un lieu inconnu. Selon une source proche de la famille Faraji, la responsabilité du meurtre de Maryam incombe aux services de sécurité.

Maryam Faraji, 33 ans, étudiante en maîtrise de gestion internationale et directrice financière d’une entreprise à Shahriar (près de Téhéran), a été arrêtée le 5 janvier 2018 lors des protestations du début d’année et a subi durant 10 jours des interrogations à la prison d’Evine à Téhéran.

Son procès a eu lieu au tribunal révolutionnaire, le 21 mars 2018, et le tribunal a prononcé une peine d’emprisonnement de trois ans et une interdiction pour Maryam de quitter le pays pendant deux ans.Elle attendait un deuxième procès lors de son enlèvement.

Depuis quelques temps des enlèvements d’opposants et manifestants se multiplient en Iran. Le Bureau de renseignements de la milice Bassidj a lancé la formation d’une espèce d’escadrons de la mort, composée de mercenaires qui terrorisent et assassinent. Ils se font appelés « l’escadron des punitions de rue ».

Ce sont ces mercenaires des services de sécurité dans la ville de Karadj qui avaient arrêté l’étudiante kurde, Maryam Faraji, et l’avaient transféré vers une destination inconnue.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *