Iran: Des mesures répressives pour imposer le port du voile

La théocratie misogyne au pouvoir en Iran accroit sa répression contre les Iraniennes “non-voilées” que des autorités et des médias officiels qualifient de “malades mentales” et “personnalités antifamiliales”. Elle risquent non seulement l’emprisonnement et 74 coups de fouets, mais les condamnations à des “soins psychologiques”.
Les conductrices qui refusent de porter le voile dans leur véhicules s’exposeront en cas de récidive à des amendes, voire à
un séjour en prison…

Le commandant de la police de Qom, ville sainte au sud-ouest de Téhéran, a annoncé que depuis le début de l’année, 74000 SMS (6 fois plus que l’année précédente) d’avertissements sont envoyés aux femmes sans hijab dans les voitures sur les routes menant à la province. Il a fait état de 13000 arrestations et à plus de 7 000 saisies de véhicules (asriran.com, 20 janvier).
Par ailleurs, les lieus fréquentés par les femmes non voilées et mal-voilées sont menacés de fermeture :”Escape Room”, un centre de divertissement a été mise sous scellés sur ordre de l’autorité judiciaire à Robat Karim (mehrnews.com, 14 janvier). Les éditions Saless ثالث et sa librairie ont également été scellées (armandaily.ir, 30 janvier).
La police d’Ispahan a annoncé la fermeture de 11 unités commerciales qui fournissent des habits “non conventionnels.”