ActualitésEn iranFemmes

Iran: Des nouvelles charges contre la dessinatrice emprisonnée

mohamad-moghimi-kampain.info_
Mohammad Moghimi

Atena Faraghdani et son avocat vont être jugés pour … s’etre serré la main en prison lors d’un parloir. L’avocat a été arrêté. La jeune dessinatrice a été condamnée à 12 ans et demi de prison pour un dessin et surtout très soutenue sur internet à travers le monde.
Les autorités les ont accusés de relations adultères pour ce geste, ce qui a valu à Atena une avalanche d’insultes de la part de ses gardiens. Elle a réagi par trois jours de grève de la faim.
La mère de la jeune femme a vivement protesté contre ces “fausses accusations”. Elle a osé dire que cela allait contre les enseignements du Coran qui prône une très grande ouverture, la tolérance et le pluralisme.
Atena affirme que ses dessins, dont celui qui représente des députés en bêtes sauvages, sont la raison principale de sa peine de prison, car elle y critique la dictature religieuse. Elle est incarcérée à la prison d’Evine. Une campagne de dessins a été lancée à travers le monde pour sa libération.

L’organisation de défense des Droits de l’Homme Amnesty International a condamné vendredi dernier les nouvelles accusations “absurdes” contre la dessinatrice.

“Le procès de la dessinatrice satirique Atena Farghadani et de son avocat, accusés de “relations sexuelles illégitimes et adultères” après s’être serré la main, est non seulement absurde et extrême, mais à l’évidence, motivé par des raisons politiques”, a déclaré Amnesty International à la veille de son procès, qui devait commencer samedi à Téhéran.

“Atena Farghadani, qu’Amnesty International considère comme prisonnière d’opinion, ainsi que son avocat Mohammad Moghimi pourront subir jusqu’à 99 coups de fouet s’ils sont jugés coupables. L’organisation considère que la caricaturiste militante a uniquement été détenue pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression” a déclaré Amnesty International.

“Le fait de considérer qu’un homme et une femme se serrant la main puisse être une infraction pénale est totalement absurde et constitue une violation du droit à la vie privée”, a déclaré Raha Bahreini, chercheur d’Amnesty International.

“Ces accusations sont motivées par des raisons politiques. C’est une tentative évidente des autorités iraniennes d’harceler Atena et d’entraver le travail de son avocat qui la représente. Au lieu de faire subir à cette jeune prisonnière de conscience toujours plus d’harcèlement et d’intimidation, les autorités iraniennes doivent immédiatement retirer ces accusations et la libérer immédiatement et sans condition”, a-t-elle dit.

Atena Farghadani et Mohammad Moghimi ont été accusés de “relations sexuelles illégitimes et adultères” après s’être serré la main en prison suite à son procès du 13 juin. Mohammad a été arrêté puis relâché trois jours plus tard, après avoir payé une caution un montant d’environ 60000 dollars.

En juin, Atena Farghdani avait été condamné à 12 ans et neuf mois de prison pour plusieurs infractions, notamment insulte aux législateurs du régime iranien et de son chef suprême Ali Khamenei, après la publication d’une série de dessins satiriques représentant les législateurs en singes, vaches et autres animaux.

Sa condamnation provient également du fait qu’elle se soit exprimée publiquement sur les droits des familles des victimes de la répression du régime suite à l’insurrection de 2009 en Iran.

“En prison, Atena Farghadani a été agressée verbalement par des insultes sexuelles et d’autres insultes proférées par les deux responsables de la prison et les gardiens. Malgré une grève de la faim de trois jours en septembre, Atena Farghadani continue à se faire harceler”, a déclaré Amnesty International.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *