Iran: document secret révèle la mort d’une jeune manifestante par les forces d’ordre

Une adolescente iranienne a été agressée sexuellement et tuée par trois hommes travaillant pour les forces de sécurité iraniennes, selon un document qui a fait l’objet d’une fuite et qui aurait été rédigé par ces forces et mis en lumière par BBC la semaine dernière.

Ce document permet de savoir ce qui est arrivé à Nika Shakarami, 16 ans, qui a disparu lors d’une
manifestation contre le régime en 2022.
Son corps a été retrouvé neuf jours plus tard. Le gouvernement a prétendu qu’elle s’était suicidée.
Marqué “hautement confidentiel”, le rapport résume une audience sur le cas de Nika organisée par le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). Il contient ce qu’il dit être les noms de ses assassins et des hauts gradés qui ont tenté de cacher la vérité.
Il contient des détails troublants sur les événements qui se sont déroulés à l’arrière d’un fourgon d’infiltration dans lequel les forces de sécurité maîtrisaient Nika :
Nika se trouvait dans le compartiment arrière avec trois membres de l’équipe 12 – Arash Kalhor, Sadegh Monjazy et Behrooz Sadeghy. L’un des hommes a abusé d’elle alors qu’il était assis sur elle
Bien que menottée et entravée, elle s’est débattue, donnant des coups de pied et proférant des jurons. Cela a provoqué les hommes à la frapper avec des matraques.

Neuf jours plus tard, la mère de l’adolescente retrouve le corps de sa fille dans une morgue. Après les funérailles, le gouvernement assure qu’elle s’est suicidée, s’appuyant sur les résultats d’une «enquête officielle». Mais le certificat de décès de Nika Shakarami – consulté par BBC – ne donne pas la même version, affirmant qu’elle a été tuée par «de multiples blessures causées par des coups portés avec un objet dur».