ActualitésEn iranFemmes

Iran : Le dernier calvaire d’une jeune femme avant la potence

farzanehUne jeune femme de 26 ans vient d’être pendue en Iran. La presse l’appelait “la mariée de 15 ans”. Accusée d’avoir tué son époux, elle a crié son innocence jusqu’au bout, en vain.

Le site gouvernemental Asr-e-Iran, rapporte le 5 mar, sa pendaison. Depuis l’arrivée d’Hassan Rohani, que la presse occidentale se tue à faire passer pour un modéré, plus de trente femmes ont été exécutées en Iran.

“Hier à l’aube, tout était question de vie et de mort devant la prison centrale d’Ispahan. Selon ce qui avait été annoncé, Farzaneh devait subir le talion. La veille, ses parents n’ont pas trouvé un instant de sommeil. Ils étaient présents devant la prison longtemps à l’avance. Leur fille allait être exécutée dans quelques heures.

Le père de Farzaneh marchait de long en large, agité. Sa mère assise, priait. Ils avaient déjà vécu cela une fois. Farzaneh avait été conduite à la potence exactement un mois auparavant, mais son beau-père lui avait accordé un mois de sursis, alors qu’on lui passait la corde au cou.

“Ses parents espéraient qu’il lui accorderait une autre chance de vivre ou qu’un miracle arriverait. Un véhicule est arrivé et un homme est descendu. Il avait un air familier ; c’était le beau-père de Farzaneh. Les parents ont couru vers lui, pour le supplier. La mère pleurait, espérant qu’il épargnerait à sa fille la loi du talion. Cependant l’homme était déterminé. Il est passé très rapidement.

La mère de Farzaneh s’est mise à crier, peut-être que sa fille entendrait sa voix une dernière fois derrière les hauts murs de la prison. Nul ne savait ce qui se passait de l’autre côté. A l’est, les rayons du soleil ont commencé à éclairer la muraille. La mère n’avait plus de force. Elle attendait des nouvelles de sa fille, appuyée contre le mur, guettant l’ouverture du lourd portail de fer.

L’ambulance qui était entrée dans la prison une heure plus tôt, est ressortie, cette fois avec Farzaneh reposant calmement sur la banquette. Son père a soulevé sa tête, la baignant de ses larmes. L’ambulance a démarré. Ils ne reverront plus jamais leur fille.

La mère de Farzaneh qui est dans un état critique a déclaré hier soir : “Avec mon mari, nous nous sommes rendus à la prison le jour d’avant. Ma fille allait mal. Elle pleurait et jurait qu’elle était innocente. Elle ne tenait pas debout, elle articulait avec difficulté. Elle voulait voir sa fille, c’était sa dernière volonté. Nous avons fait part de sa requête aux autorités et à son beau-père, en vain. Elle n’a même pas pu réaliser son dernier souhait. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *