ActualitésEn iranFemmes

Iran: Nouvelles accusations contre une défenseure des droits humains

Posted
Atena Daemi, montrant ses mains menottées lors de son déplacement par ses geôlières

De nouvelles accusations ont été portées contre Atena Daemi, militante des droits civiques emprisonnée, devant le tribunal de Moghadasi, en Iran, parce qu’elle avait fait une grève de la faim.

Cette nouvelle accusation a été faite après que les responsables de la prison d’Evine et de la clinique de la prison aient déposé une plainte contre elle pour avoir « perturbé l’ordre des prisons et insulté les agents ».

Les nouvelles accusations sont lancées contre Atena Daemi alors que l’Amnesty International ait rappelé aux ordres, le 17 mai 2017, les autorités iraniennes sur sa santé dégradante suite à la grève de la faim. Dans son communiqué, l’Amnesty écrit: “En grève de la faim depuis 40 jours, Atena Daemi crache du sang, a perdu beaucoup de poids, souffre de nausées, de vomissements, de variations de la tension artérielle et de douleurs rénales. Les médecins ont estimé qu’elle a besoin d’être hospitalisée immédiatement. Cependant, les autorités de la prison d’Evin à Téhéran refusent d’autoriser son transfert dans un hôpital extérieur à la prison pour qu’elle y soit soignée.”

Le lundi 26 juillet, Atena Daemi a été emmenée au tribunal 4 dans la prison d’Evine pour rencontrer un interrogateur du nom de Hassani.

Mme Daemi a demandé à l’interrogateur de faire venir un médecin de confiance sur les lieux pour témoigner de sa santé tandis qu’elle était en grève de la faim.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *