ActualitésFemmesNos Projects

Iran: Rassemblement annuel de la Résistance se tient à Villepinte

Quelque 100 000 Moudjahidine du peuple, militants et sympathisants de la Résistance iranienne, dont le Conseil national (CNRI) est basé à Auvers-sur-Oise, étaient attendus le samedi 13 juin au parc des expositions de Villepinte (Seine-Saint-Denis), à deux pas de Roisssy.

L’opposition iranienne en exil a averti samedi les pays occidentaux, taxés de “complaisance”, que tout accord avec l’Iran qui ne mettrait pas “un point final à la fabrication de la bombe” par Téhéran serait “inacceptable” à ses yeux.

“Je rappellerai aux gouvernements occidentaux que tout accord qui ne met pas un point final à la fabrication de la bombe par ce régime, sera inacceptable aux yeux du peuple iranien et de sa Résistance”, a lancé la présidente du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), Maryam Radjavi. Discours complet

Cette responsable s’exprimait à l’occasion du rassemblement annuel de son mouvement, organisé à Villepinte, au nord de Paris, qui rassemblait des dizaines de milliers de personnes venues essentiellement d’Europe, mais aussi des Etats-Unis ou d’Australie.

Le CNRI, basé en France, est une coalition politique de groupes d’opposants iraniens, dont les plus connus sont les Moudjahidine du peuple (OMPI).

C’est ce mouvement d’opposition qui avait révélé en 2002 l’existence du programme nucléaire iranien.

“Toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu doivent être entièrement appliquées. L’enrichissement d’uranium doit cesser. Les inspections de tous les sites militaires (nucléaires) ou pas, doivent avoir lieu”, a énuméré Mme Radjavi.

“Mettez fin à votre complaisance”, a-t-elle demandé aux “dirigeants des pays 5+1”.

“Vous vous trompez lourdement si vous croyez qu’il n’y a pas de solution. Le programme nucléaire des mollahs a une solution: c’est un changement de régime par le peuple iranien et sa Résistance”.

Pour la présidente de l’opposition iranienne en exil, le régime iranien “se débat dans le piège de trois guerres au Moyen-Orient” – en Irak, en Syrie et au Yémen – “dans lesquelles il ne peut ni avancer ni reculer”.

“Cette impasse est une démonstration de la fin irréversible du régime du Guide suprême en Iran”, a-t-elle affirmé.

La communauté internationale soupçonne l’Iran d’avoir cherché et de chercher encore à se doter de l’arme atomique, ce que Téhéran a toujours nié.

De nombreuses personnalités politiques ou de la société civile, françaises et internationales, soutiennent sans réserve cette résistance, et sont particulièrement assidues à ses manifestations. Parmi eux, l’ex-maire et conseiller général (PS) val-d’oisien, Jean-Pierre Béquet, Gilbert Mitterrand, qui continue ainsi l’engagement de sa mère Danielle aujourd’hui décédée, Ingrid Betancourt, candidate à la présidentielle colombienne en 2002 et ex-otage des Farc. Ou encore l’ex-ministre PS Bernard Kouchner. (AFP, Le Parisien)grand

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *