Uncategorized

Iran – Récit des violations de la liberté d’information en Iran (depuis le 1er janvier 2012)

Posted

Categorynet.com – 28.02.2012 – Les victimes de “l’opération œil de renard” libérées, une photographe arrêtée Reporters sans frontières a appris la libération provisoire, le 26 février 2012, de Parastoo Dokoohaki, blogueuse et militante pour les droits des femmes, et, le 27 février 2012, de Sahamoldin Borghani, journaliste et collaborateur du site d’information Irdiplomacy, et Marzieh Rasouli, journaliste et collaboratrice des rubriques culturelles de plusieurs journaux. Arrêtés le 15 et 18 janvier 2012, ils avaient été (…)

 28.02.2012 – Les victimes de “l’opération œil de renard” libérées, une photographe arrêtée

Reporters sans frontières a appris la libération provisoire, le 26 février 2012, de Parastoo Dokoohaki, blogueuse et militante pour les droits des femmes, et, le 27 février 2012, de Sahamoldin Borghani, journaliste et collaborateur du site d’information Irdiplomacy, et Marzieh Rasouli, journaliste et collaboratrice des rubriques culturelles de plusieurs journaux. Arrêtés le 15 et 18 janvier 2012, ils avaient été placés en isolement dans les sections 209 et 2 A de la prison d’Evin, gérées par le ministère des Renseignements et les Gardiens de la Révolution. Les journalistes ont été libérés après le versement d’une caution de 300 millions de tomans chacune pour Parastoo Dokoohaki et Marzieh Rasouli, et de 200 millions de tomans pour Sahamoldin Borghani.

Un jour avant leur libération, le Centre de surveillance des délits organisés des Gardiens de la Révolution les a accusés, dans un communiqué publié sur le site Gerdab, de “collaboration avec la BBC, les services de renseignement britanniques et l’opposition basés à l’étranger”. Les Gardiens de la Révolution avaient annoncé que ‘l’opération oeil de renard’ avait permis le démantèlement d’un réseau qui collecter de l’information et produisait des contenus pour la BBC en Iran. La chaîne britannique BBC a démenti avoir des collaborateurs en Iran. Les chaînes diffusées par satellite en Iran ont été régulièrement brouillées par le passé, notamment la BBC et la chaîne américaine Voice of America.

L’organisation a également été informée de l’arrestation de Tahmineh Monzavi. La jeune photographe a été arrêtée sur son lieu de travail, le 19 février 2012, par des agents du ministère des Renseignements. La famille ignore toujours les motifs de son arrestation et le lieu de sa détention.

——————————————————————————–

16.02.2012 – Inquiétude pour un journaliste en grève de faim

Reporters sans frontières est extrêmement préoccupée par le sort de Mohammad Sadegh Kabovand, directeur du journal Payam-e mardom-e Kurdestan (suspendu en 2004), qui a entamé depuis deux semaines une grève de la faim. Incarcéré depuis juillet 2007, et condamné à onze ans de prison, le journaliste voit son état de santé se détériorer.Il proteste contre la décision inhumaine des responsables de la justice qui lui refuse tout visite à son fils, gravement malade et hospitalisé depuis un mois dans un hôpital à Téhéran. L’acharnement contre le journaliste n’est pas récent. Depuis son arrestation, les autorités pénitentiaires ont systématiquement rejeté sa demande de permission, alors, qu’il avait été plusieurs fois victime de malaises dans sa cellule.

Mohammad Hossien Aghasi, l’avocat de Mehdi Khazali, animateur du blog Baran, a clarifié, le 14 février 2012, à l’antenne de la Radio Farda (Free europe) la condamnation de son client : « Selon le verdict écrit, que j’ai reçu officiellement et contrairement à l’annonce orale de la 29ème chambre du tribunal de la révolution de Téhéran du 5 février 2012, il a été condamné à quatre ans de prison ferme et dix ans d’exil dans la ville de Borazjan (Sud-est), pour ‘ insulte envers des responsable du régime’ ». Le blogueur avait été arrêté le 9 janvier 2012 pour la troisième fois en moins de deux ans. Le même jour, il avait entamé une grève de la faim pour protester contre son arrestation.

Reporters sans frontières a été également informée de la libération provisoire, le 8 février 2012, de Said Razavi Faghih, ancien collaborateur de plusieurs journaux réformateurs et leader étudiant. Il avait été arrêté le 22 janvier 2012 alors qu’il rentrait en Iran.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *