En iran

Iran : un centre de répression sort de l’ombre

Posted

1702mana_prison-itwLes militants de la résistance en Iran ont identifié un élément clé de la répression dans la province d’Azerbaïdjan de l’ouest. Le colonel Jahanguir Nemati du corps des pasdaran est le numéro deux du bureau de la protection et du renseignement. Il figure aussi parmi les officiers chargés des opérations. Agé de la cinquantaine, il est originaire du village de Mohammadyar près de Naghadeh.

Le colonel Nemati dirige également dans la province un centre de détention des pasdaran tenu secret jusqu’alors, qui s’appelle « Ramadan 81 ».

La plupart des militants politiques d’Azerbaïdjan de l’ouest sont emmenés dans ce centre de torture après leur arrestation où ils endurent de longs supplices physiques, sexuels et psychologiques. Les victimes sont ensuite envoyées à la prison du ministère du renseignement (le Vevak), puis dirigées sur la grande ville d’Oroumieh ou d’autres maisons d’arrêt de la province.

Ramadan 81 est situé entre la garnison Al-Mehdi et la base des pasdaran Hamzeh Seyed ol-Chohada. Il est géré par des interrogateurs des services de renseignement des pasdaran.

Depuis les années 1980, Jahanguir Nemati ne cesse de réprimer, torturer, assassiner et fabriquer de fausses accusations, visant plus spécialement les opposants politiques. Boxeur, il s’applique à frapper les prisonniers politiques au visage et sur les parties sensibles du corps lors des séances de torture à Ramadan 81. Beaucoup sont morts sous ses coups, d’autres marqués à vie, restent handicapés.

Nemati s’occupe de forger de faux dossier d’accusation contre les détenus d’opinion, en particulier contre les agents de renseignement des pasdaran qui ne veulent plus travailler dans ce service et demandent à stopper leurs activités d’espionnage et de surveillance.

Pour exercer davantage de pressions sur les prisonniers politiques, Nemati n’hésite pas à intimider les épouses des détenus ou à les pousser au divorce. Il a ainsi accroché à son tableau de chasse la destruction de nombreuses familles de prisonniers.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *