ActualitésFemmes

Jean Ferrat et son engagement pour la cause des femmes iraniennes

Posted

La Maison Jean Ferrat a proposé la projection du film documentaire « No Land’s Song » à la salle polyvalente de la Maison d’Antraigues (Ardèche) le vendredi 22 avril.
Sara Najafi, jeune compositrice, défie les autorités iraniennes qui, depuis la révolution de 1979, interdisent aux femmes de chanter en solo devant des hommes. Féministe convaincue, elle prend tous les risques, avec ses amies chanteuses Parvin Namazi et Sayeh Sodeyfi, en invitant trois artistes fran-çaises Elise Caron, Jeanne Cherhal et Emel Mathlouthi, à venir les rejoindre pour collaborer à leur projet musical, en initiant un nouveau pont culturel entre la France et l’Iran. La question est de savoir si elles pourront réaliser leur projet…
Un petit chef d’œuvre à voir absolument tant il rappelle le potentiel subver-sif de l’art lyrique.

Jean Ferrat en visite à Maryam Radjavi en 2005
Jean Ferrat en visite à Maryam Radjavi en 2005

La projection était accompagnée de quelques documents, à consulter égale-ment jusqu’au 30 avril dans le hall d’entrée de la Maison Jean Ferrat : lettres et photos d’archives qui témoignent de l’engagement de Jean Ferrat pour les opposants au régime iranien et surtout la cause des femmes, entre autres ses lettres échangées avec Maryam Radjavi, présidente élue du conseil national de la résistance iranienne. Le Dauphiné libéré

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *