ActualitésCamp Liberty

La justice française blanchit définitivement les résistants iraniens

wagramLe Parisien.fr – Un non-lieu général et définitif. C’est ce que plusieurs centaines de membres de la Résistance iranienne ainsi que des sympathisants, des personnalités et des élus viennent de célébrer à travers une grande conférence organisée ce mercredi après-midi à la salle Wagram à Paris (XVIIe).

Des représentants des communautés iraniennes de toute l’Europe ont participé à cette conférence qualifiée d’historique par l’Organisation des Moudjahidines du peuple iranien (OMPI), composante principale de la Résistance iranienne qui prône un islam démocratique et tolérant.

Les juges d’instruction antiterroristes de Paris viennent en effet de mettre fin à plus de onze ans de procédures interminables en clôturant l’affaire ouverte après le17 juin 2003 et la plus grande opération policière d’après-guerre en France qui avait vu 1 300 policiers, dont ceux de la force d’élite du Raid, mener l’assaut contre le QG de la résistance iranienne basée dans le petit village des impressionnistes à Auvers-sur-Oise (Val d’Oise).

Menée par l’ancien juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière, ce que certains qualifient de «rafle d’Auvers», l’opération avait permis d’arrêter 164 personnes. La plupart, relâchées quelques temps après.

«Ce dossier a détourné l’attention du monde de la lutte contre le terrorisme»

«Aujourd’hui, la justice française admet le fait que la résistance des Moudjahidine du peuple relève d’une résistance légitime et non du terrorisme», a déclaré Maryam Radjavi, présidente-élue de la Résistance iranienne. «Cette décision est une victoire de la justice. Ce dossier honteux était dès le début le fruit d’un marchandage ignoble avec le fascisme religieux au pouvoir en Iran», continue-t-elle.

Avant de dresser un parallèle brûlant sur l’actualité. « Ce dossier a détourné l’attention du monde de la lutte contre le terrorisme. Plutôt que de résister face au fascisme religieux au pouvoir en Iran, qui, pendant plus de trois décennies, a semé sans cesse les graines du terrorisme au Moyen-Orient et en Afrique que ce soit par le biais du Hezbollah ou de Daech, c’est l’alternative à ce régime terroriste qui a été réprimée et c’est l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) représentant un islam démocratique et tolérant, qui a été ligotée et frappée. Cette politique erronée a laissé le champ libre à l’intégrisme, au point que celui-ci procède aujourd’hui à des recrutements sur le sol européen.»

«Cette deuxième ordonnance de non-lieu met un point final à une insupportable saga judiciaire», a, pour sa part, réagi un des avocats du Conseil national de la Résistance Iranienne (CNRI) Me William Bourdon.

Enfin, Mme Radjavi dans son intervention s’est réjouie du fait que la France se soit placée à l’avant-garde du règlement de la crise en Irak contre Daech. Mais a mis en garde ceux qui insistent pour y associer le régime iranien. «Le peuple iranien veut que la France se tienne à ses côtés, pas du côté de la tyrannie», a-t-elle conclu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *