Uncategorized

Alan Dershowitz: le Camp « Liberty », une fraude impliquant des menaces envers la vie humaine.

Posted

Samedi, 26 Février 2012.
“C’est un scandale. Il s’agit d’une fraude, une fraude n’impliquant pas de l’argent, mais une fraude concernant des menaces faites à la vie humaine.
Ce dont nous avons immédiatement besoin est une commission d’enquête afin de déterminer comment cette fraude a été perpétrée ? Qui a certifié ce trou en enfer, qui a approuvé ce dépotoir? Qui a osé affirmer que cet endroit respectait les normes des Nations Unies ? ”

Intervention du pénaliste américain de renommé international, le professeur Alan Dershowitz lors d’un colloque à Washington DC le 25 Février 2012 sur la situation du camp Liberty.

« Cette invraisemblable vidéo (celle de la situation du camp Liberty) doit être vue par tous les Américains, par tous les fonctionnaires du gouvernement et par tous ceux qui se soucient des droits de l’homme. Il existe des preuves, des preuves d’un scandale et de l’amplification d’une crise humanitaire.
Je regarde notre brillante équipe et je me demande ce que Rudy Giuliani aurait fait si quelqu’un avait essayé de déposer une offre d’actions qui montrait le camp « Liberty » de la manière dont il a été montré au début, alors que la réalité est ce que nous avons vu, ils auraient été mis très vite en prison pour fraude sur les valeurs immobilières, pour avoir violé les espérances de la population. C’est un scandale. Il s’agit d’une fraude, une fraude qui n’implique pas de l’argent, mais une fraude concernant des menaces à la vie humaine.
Ce dont nous avons immédiatement besoin est une commission d’enquête afin de déterminer comment cette fraude a été perpétrée. Qui a certifié, qui a approuvé ce trou en enfer, ce dépotoir? Qui a dit qu’il respectait les normes des Nations Unies ?
Quelqu’un est responsable d’avoir perpétré cette fraude et d’avoir obtenu que 400 personnes innocentes risquent leur vie et leur santé en s’exposant à ce genre de déchets et ce genre de péril pour leur santé. Nous devons aller au bout de cela. Je ne crois pas que quelqu’un devrait être contraint de vivre dans ces circonstances. Jusqu’à ce que les 400 personnes soient déplacées en lieux sûrs hors de l’Irak, personne ne fait confiance au gouvernement irakien pour les protéger. Personne d’autre ne devrait être contraint de se déplacer (d’Achraf) et être privées de la sécurité et de la beauté, des belles résidences joliment construites par eux mêmes et des écoles et des installations sportives et des autres installations du camp d’Achraf, pour partir vers cet horrible endroit qu’est le camp Liberty.  Regardez, si il est réellement conçu pour accueillir des gens pour quelques jours jusqu’à ce qu’ils soient transférés vers un endroit plus sûr, certains pourraient peut être le comprendre, peut-être même le justifier. Mais, si cela doit être un endroit où les gens doivent s’attendre à vivre, mon Dieu, quel genre d’humanité voudrait contraindre ces personnes qui sont sous la protection de l’Organisation des Nations Unies à qui les Etats-Unis a fait une promesse sacrée, de considérer ce lieu comme leur maison ? Ce n’est pas une maison.
Ce n’est pas un lieu où ce peuple devrait être contraint de vivre, mais permettez-moi de vous dire ce qui se passe. C’est beaucoup plus grave que cela parce que je suis à maintes reprises au téléphone avec des personnes du Département d’Etat et de l’Organisation des Nations Unies et nous savons qu’ils condamnent les victimes, ils condamnent les victimes !
Ils ont publié des rapports qui disent, eh bien, ce sont les victimes qui lançaient des ordures, ce sont les victimes qui ont ouvert l’eau et ont utilisé les trombes d’eau, ce sont les victimes qui ont fait de ce lieu, un endroit invivable. C’est la plus vieille excuse dans le monde.
Regardez ce qu’ils ont construit à Achraf quand ils avaient la chance de créer et de construire et regardez ce qui leur a été donné. Ne condamnez pas les victimes.
Nous avons deux urgences: A présent, nous avons l’urgence durable de l’installation elle-même. Mais nous avons aussi la situation d’urgence humanitaire quotidienne. Chaque jour d’un membre du camp d’Achraf vivant en Irak est un jour dont il ignore s’il va pouvoir l’achever sains et saufs ou non.
Nous avons vu ce que les Irakiens sont prêts à faire. Maintenant, que l’Irak est devenu pour l’essentiel une filiale en propriété exclusive de l’Iran, maintenant que Maliki tien ses ordres des mollahs, nous savons ce que les mollahs voudraient faire avec les habitants d’Achraf, s’ils pouvaient mettre la main sur eux. Il n’y a tout simplement aucune raison de continuer à leur faire confiance. Et par conséquent, le principal problème est de mener ces gens innocents hors d’Irak et pour leur sécurité, dans des lieux à travers le monde où ils peuvent vivre en paix.
Ces deux crises humanitaires sont exacerbées par le fait que l’OMPI continue à être répertorié comme une organisation terroriste.
Le Département d’Etat, notre département d’État, envoie des messages contradictoires. D’une part nous entendons de l’ambassadeur Fried et des autres, et je le crois, que nous voulons vraiment aider le peuple du camp d’Achraf. Nous voulons les sortir de là. C’est l’objectif du Département d’Etat.
D’autre part, le Département d’Etat a refusé de les ôter de la liste. Ils ont reçu un verdict d’un tribunal devant lequel ils comparaissaient il y a un an et demi, et ils ont refusé de suivre ses recommandations. Ils ont violé la volonté du Congrès qui leur donnait un certain nombre de jours pour agir sur la décision.
Regardez, cela fait partie d’un problème plus vaste. L’administration américaine a aujourd’hui un double discours sur l’Iran lui-même. D’une part nous ne tolérerons aucune arme nucléaire; d’autre part, peut-être que l’Iran n’a pas réellement décidé de fabriquer une bombe nucléaire.
Nous entendons des points de vues contradictoires et ils envoient de léger message: Continuez à faire ce que vous faites, ne changez pas; nous n’avons pas à avoir une approche unifiée.

Permettez-moi de vous dire, l’un des plus grands privilèges de ma vie professionnelle, depuis un demi-siècle maintenant, est ce que je fais en ce moment. Je représente un groupe des meilleurs clients que je n’ai jamais représenté dans ma vie. Je représente l’ancien procureur général des États-Unis, l’ancien maire de New York, l’ancien gouverneur de Pennsylvanie et chef de la sécurité nationale, une variété de généraux, et nous avons décidé de déposer un mémoire amical.
Ils sont les dépositaires du mémoire. Ils sont les clients, je suis simplement l’avocat. Ils sont les clients et ils parlent d’une seule voix, une seule. Et le message qu’ils envoient au tribunal, message qu’ils envoient au Département d’Etat, message qu’ils envoient au monde est que l’OMPI n’est pas une organisation terroriste. Il devrait être retiré de la liste immédiatement.
Je ne suis que le porte parole de ces peuples de renoms qui ont servi leur pays. Ils ont servi leur pays avec une telle distinction; certains d’entre eux sur le champ de bataille,  certains d’entre eux assumant les plus hautes responsabilités du gouvernement. Ils parlent d’une seule voix et je suis heureux d’être en mesure de les représenter.
Mais je peux aussi parler pour les autres. Je peux parler pour Elie Wiesel, mon cher ami avec qui j’ai parlé récemment de ce sujet et qui dit que je devrais communiquer à vous et au monde, en son nom son engagement envers cette question humanitaire et il a dit qu’il ne se reposera pas jusqu’à ce qu’il soit certain que ce peuple est en sécurité.
Elie Wiesel, sa famille a disparu parce que nous n’avons pas empêché un génocide en 1939 à 1945. C’est une chance rare pour les défenseurs des droits de l’homme d’être dans une position où nous pouvons prévenir les dommages. C’est rare. D’habitude, nous arrivons après les faits.
Nous observons les génocides perpétrés au Rwanda et au Darfour. Nous observons ce qui se passe en Syrie et nous nous disons que nous ne pouvons rien faire et nous gémirons et gémirons quand ce sera fini. Nous allons chercher les responsabilités des uns et des autres. Nous allons attraper certaines personnes et les faire comparaître devant la Cour pénale internationale pour leur procès. Mais ceci est une occasion de prévenir la catastrophe humanitaire. Combien de fois (rares) dans la vie avons-nous eu cette chance? Comme je vous le disais auparavant, la Torah et le Coran disent, celui qui sauve une seule vie humaine, sauve le monde.
Nous avons l’occasion de sauver plus de 3000 vies humaines. Nous ne pouvons échouer. Nous devons maintenir la pression.
Il ya ceux dans le gouvernement qui nous a critiqué pour avoir fait pression sur lui. La pression est l’arme de la démocratie. C’est la raison pour laquelle la démocratie est si importante. Chacun de vous dans cette assemblée croit dans la profondeur de son âme que l’Amérique n’a pas tenu sa promesse. L’Amérique doit tenir sa promesse. Nous devons maintenir la pression. Il est essentiel pour la démocratie d’adresser une pétition à notre gouvernement pour corriger l’injustice.
C’est facile à faire lorsque nous demandons une réparation des injustices faites contre nous. Mais c’est tellement plus salutaire et tellement plus important et influent quand nous sommes les défenseurs des autres et ici aujourd’hui nous devons continuer à demander à notre gouvernement de réparer les injustices faites au peuple qui vit dans le camp d’Achraf et dans le Camp Liberty et c’est ce qu’il y a de plus important afin d’éviter une plus grande crise humanitaire. Par conséquent, maintenons la pression et je vous remercie beaucoup. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *