Camp Liberty

Le lit d’un résident touché par une balle à la section 1 de Liberty

Posted

Liberty résidentsLa superficie extrêmement réduite de Liberty, la vie dans les baraquements et l’interdiction de construire des bâtiments rendent les résidents hautement vulnérables.

Dans l’après-midi du mardi 27 novembre, le lit d’un résident a été touché par une balle tirée d’une Kalachnikov depuis le nord-est du camp Liberty et qui a traversé le plafond d’un baraquement de la section 1 de Liberty. Par chance, le résident n’était pas là.

Selon l’avis d’un expert, la balle a été tirée d’une distance relativement proche hors du camp, et si elle avait touché une personne, elle l’aurait tuée ou gravement blessée.

Déjà, le 4 septembre, une balle avait été tirée depuis l’extérieur de Liberty, touchant le baraquement qui fait office de réfectoire de la section 4, pénétrant dans la salle des repas, endommageant un mur, touchant une chaise et brisant de la vaisselle.

A travers de multiples communiqués et de lettres aux autorités américaines et onusiennes, la Résistance iranienne n’a cessé d’avertir que vu la surface réduite du camp et de sa surpopulation, et considérant que tous les résidents vivaient dans les baraquements, ils risquaient fort d’être touchés par des balles et des éclats d’obus. L’interdiction faite par le gouvernement irakien de construire des bâtiments même pour y mettre des malades accroit de beaucoup ces risques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *