ActualitésEn iranFemmes

Les hôtesses Air France refusent de porter le voile à l’atterrissage à Téhéran

Les hôtesses de l’air ne souhaitent pas porter le voile avec leur uniforme lors des escales sur la future ligne Paris-Téhéran qui va être rétablie le 17 avril.

leparisien.fr. Voilà un conflit dont Air France se serait bien passé. Le 17 avril prochain, la principale compagnie aérienne française proposera trois vols par semaine entre sa base de Paris-Charles-de-Gaulle et l’aéroport de Téhéran. Air France

Cette liaison est le symbole du réchauffement des relations franco-iraniennes après la signature de l’accord sur le nucléaire en juillet dernier. Mais voilà, si la réouverture de cette ligne très importante d’un point de vue commercial réjouit la compagnie, il n’en va pas de même pour le personnel navigant, particulièrement les hôtesses de l’air, comme l’a révélé ce vendredi France TV Info. De nombreuses salariées d’Air France se sont insurgées contre l’obligation faite aux personnels féminins de porter un voile dès la sortie de la cabine.

Dans le cadre de leur dotation vestimentaire, les hôtesses de l’air peuvent d’ordinaire choisir entre un uniforme avec une jupe et un autre avec un pantalon. Dans le cas particulier du vol Paris-Téhéran, la compagnie aérienne a envoyé un memento à destination des personnels de bord où il est spécifié que les femmes seront obligées de porter un pantalon, une veste longue, et de se voiler les cheveux dès la sortie de l’avion.

Pas d’amalgame, assure le SNPNC

Depuis plusieurs mois, les syndicats agitent le chiffon rouge auprès de la direction sur cette situation délicate. « Le personnel féminin ne souhaite pas se voir imposer de contraintes vestimentaires notamment l’obligation – dès la sortie de l’avion – du port du foulard Air France recouvrant intégralement les cheveux », explique Christophe Pillet, secrétaire général adjoint du SNPNC (Syndicat National du Personnel Navigant Commercial), joint par LeParisien.fr, qui souhaiterait « établir la possibilité d’un principe de volontariat au nom du respect des libertés individuelles». « Il ne s’agit en aucun cas de remettre en cause la loi ou les coutumes en Iran. Ce volontariat éviterait le refus de mission et toutes les conséquences que cela peut avoir pour les personnels », précise le syndicaliste. « Il n’y a pas de débat sur le fait que les personnels féminins doivent porter un voile dans la rue à titre privé, c’est uniquement dans le cadre du port de leur uniforme de travail », souligne-t-il encore.

Depuis 1979 et la révolution islamique, le port du voile est obligatoire pour toutes les femmes en Iran au risque de fortes amendes. « Le climat et le contexte international n’est pas étranger non plus à la défiance vis-à-vis de ces consignes, mais on ne fait pas d’amalgame, et les syndicats l’ont rappelé, l’aéroport de Téhéran ne représentait pas de problème majeur en terme de sécurité », clarifie Christophe Pillet.

«Tolérance et respect des cultures»

Du côté de la compagnie, on ne s’explique pas vraiment cette soudaine crispation sur le sujet. «La tolérance et le respect des cultures et des coutumes des pays dans lesquels elle est présente font partie des valeurs fondamentales d’Air France et de ses employés. Comme tous les visiteurs étrangers, nos équipages sont tenus de respecter les lois des pays dans lesquels ils se rendent. La loi iranienne impose le port d’un voile couvrant les cheveux, dans les lieux publics, à toutes les femmes présentes sur son territoire. Cette obligation, qui ne s’applique donc pas durant le vol, est respectée par toutes les compagnies aériennes internationales desservant la République d’Iran» a déclaré Air France au Parisien.fr.

«Cette obligation de port d’un foulard dans certaines escales n’est pas nouvelle, elle existe depuis de nombreuses années dans d’autre pays desservis par Air France (ex : Arabie Saoudite). Elle s’applique aux hôtesses mais aussi aux autres catégories de personnel féminin (pilotes et personnel au sol). L’obligation de port de l’uniforme par les employés d’Air France est conforme aux règles en vigueur dans l’entreprise et au code du travail Celui-ci prévoit en effet (article L. 1121-1) la possibilité d’apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles ou collectives des salariés des restrictions, dès lors que celles-ci sont justifiées par la nature de la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché» précise le communiqué de la compagnie aérienne.

La problématique du voile n’existe pas sur d’autres vols actuellement. En Arabie saoudite, il n’existe pas d’obligation de se voiler le visage pour les invitées étrangères, contrairement aux femmes saoudiennes. Toutefois lorsqu’Air France dessert Ryad, les hôtesses doivent mettre un foulard si elles souhaitent sortir de l’hôtel. Il y a huit ans quand Air France desservait Téhéran, cette obligation de port du foulard existait déjà fait on savoir du côté de la compagnie.

La direction de la compagnie aérienne apportera une réponse aux salariés au début de la semaine prochaine. Un autre syndicat, l’Unac, a porté le débat à l’étage du dessus et envoyé un courrier à Laurence Rossignol, ministre des Droits des femmes, déjà au cœur d’une polémique sur le voile cette semaine…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *