Uncategorized

Les mollahs ordonnent au gouvernement irakien d’enlever et de tuer des habitants d’Achraf et de Liberty .

Posted

achrafLe Conseil national de la Résistance iranienne vient de publier ce communiqué: Sur la base d’informations crédibles de l’intérieur du régime iranien, Ali Khamenei a donné l’ordre, via le commandant de la force Qods Ghassem Soleimani, à son gouvernement inféodé en Irak de viser Achraf dans plusieurs attaques séparées à la roquette et d’enlever des malades de l’Ompi en route pour l’hôpital de Baquba.

Pour retarder son renversement et exporter ses crises hors des frontières justes avant l’élection présidentielle, le régime des mollahs a un besoin désespéré de tuer davantage d’habitants d’Achraf et de Liberty.  Il veut être sûr que son opposition et alternative démocratique sera incapable d’allumer la mèche du baril de poudre que constitue la société iranienne actuellement plongée dans un profond mécontentement politique et social. D’autre part, le régime est déterminé à s’opposer à la demande internationale de retour à Achraf des habitants du « champ de la mort de Liberty » (Communiqué du 12 mars 2013 du CNRI).

Dans ce scenario d’opérations forgé par Soleimani en personne, il est prévu qu’en premier lieu le général Jamil Shemmery, chef de la police de Diyala, se rende à Achraf. Il donnera un ultimatum aux habitants en présence de la MANUI et du personnel de Martin Kobler. Cet ultimatum dira que si les habitants restés à Achraf, selon des accords pour la protection et la maintenance des biens, ne transmettent pas les biens aux forces irakiennes, le gouvernement irakien ne pourra plus leur assurer de protection.

Dans l’étape suivante, des agents du régime connus sous le nom de groupe Assa’ib Ahl Al-Haq, lanceront des attaques répétées sur Achraf en coordination avec l’appareil de sécurité de Maliki, au moyen de roquettes de 107 mm qui leur auront été fournies à cette fin.

Les mêmes agents ont déjà tiré des roquettes sur Achraf les 25, 27 et 28 décembre 2011, immédiatement après la signature du protocole d’accord entre Martin Kobler et le conseiller à la sécurité de Maliki. Il n’y avait eu aucune perte humaine à cette époque.

Des enlèvements se feront également selon la méthode utilisée contre M. Pouyan et M. Zahedi en 2005 et qui avaient été menés par les forces spéciales du ministère de l’Intérieur dans la rue Karrada. Il n’existe aucune information sur les deux victimes jusqu’à ce jour.

Le chef de la force Qods a donné pour mission au conseiller à la sécurité de Maliki, au général Jamil Shemmary et au gouverneur de la ville de Khalisr Odey Khadhran, agent bien connu de la force Qods, de faire ensuite l’usage de la force pour transférer les habitants qui gardent les biens d’Achraf.

Selon le document obtenu de l’intérieur du régime par l’OMPI, il est prévu qu’une partie des forces du“commandement de l’opération Tigre” déployées dans le secteur controversé du nord de Diyala et Kirkuk soient utilisées pour occuper Achraf sous les ordres de Maliki.

Le 12 mars, la Résistance iranienne a révélé dans un communiqué que le gouvernement irakien fabriquait des dossiers judiciaires pour obtenir de faux jugements de la ville de Khalis prétendant que l’Ompi avait confisqué à des villageois les terrains où est situé Achraf. A cet effet, Oday Khadhran a volé à la Chambre de l’Agriculture des preuves d’échanges et de ventes de terrains opérés en 1974 entre le ministère de la Défense et des villageois. Néanmoins, les originaux et des copies se trouvent dans les archives du ministère de la Défense.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *