ActualitésCamp Liberty

Les restrictions imposées aux résidents du camp Liberty font deux nouveaux morts

Posted

Décès d’un réfugié iranien, un des blessés de l’attaque de juin 2013 sur le camp Liberty en Irak

Asghar Sharifi 1C’est à midi le 30 janvier que s’est éteint M. Asghar Sharifi, ingénieur pétrolier, responsable de longue date au sein de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) et membre du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), avec 45 années d’expérience politique, et prisonnier politique sous le chah. Il avait été grièvement blessé à la tête et au cou lors de l’attaque à la roquette en juin 2013 sur le camp Liberty, en Irak. Il est décédé dans un hôpital en Albanie.

A la suite de l’attaque, il avait été hospitalisé à Bagdad, mais les médecins irakiens avaient estimé que le retrait de l’éclat de roquette de son crâne était impossible. Cela lui causait en permanence de terribles maux de tête. Au bout d’un mois et au prix de bien des efforts, il avait été transféré en Albanie où il suivait un traitement médical.

L’état de M. Asghar Sharifi s’est dégradé début janvier 2015 en raison de sa blessure et de l’éclat dans son crane. Il avait été à nouveau hospitalisé à Tirana. Il est décédé au bout de 25 jours de coma.
M. Sharifi était né en 1949 et avait rejoint l’OMPI en 1971. Il avait été arrêté en 1974 par la SAVAK du chah et avait passé trois ans et demi sous la torture en prison. Après la révolution antimonarchique, il avait pris la tête du département des études et de la coopération avec la presse du ministère de la Culture et de l’orientation islamique sous le gouvernement Bazargan. Cependant quelques mois plus tard, il remettait sa démission pour protester contre la répression des libertés.

Asghar sharifi 2Quatre jours après l’attaque à la roquette, il avait protesté auprès du Haut commissariat aux droits de l’homme de l’ONU sur son silence à propos de ce bombardement, écrivant que les observateurs de la MANUI n’avaient cessé de venir dans les locaux des habitants pour y prendre des photos sans raison apparente. « Ils sont venus dans notre réfectoire plusieurs fois et ont pris des photos de l’intérieur et de l’extérieur. Nous ne savons pas pourquoi ils avaient besoin de ces photos. Malheureusement cette salle a été touchée par les roquettes et nous y avons été blesses (…) Nous vous exhortons à condamner cet acte criminel, qui relève du crime contre l’humanité, et d’appeler à une enquête impartiale, indépendante et urgente. Ne permettez pas au régime iranien ni au gouvernement irakien de se servir de votre silence pour poursuivre leurs crimes. »
Asghar sharifi 3Mme Maryam Radjavi, Présidente-élue de la Résistance iranienne, a adressé ses condoléances à la famille de M. Asghar Sharifi et à ses enfants, ainsi qu’à tous les habitants du camp Liberty, et à la population de la ville de Qom, dont il était originaire. Elle a rappelé une fois de plus aux USA et à l’Onu leurs responsabilités et leurs engagements écrits sur la sécurité et le bien-être des habitants de Liberty. Elle a appelé à des mesures immédiates pour empêcher davantage de pertes humaines.

 

 

Irak : Décès d’un membre de l’OMPI à Liberty sous le coup du blocus médical

Appel à des mesures urgentes pour faire lever sans délai le blocus médical inhumain qui a ôté la vie à 24 malades

Ali SalariSelon un communiqué publié par la Résistance iranienne, dans la matinée du 4 février 2015, Ali Salari, membre des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), est décédé d’un cancer au Camp Liberty en Irak faute d’accès libre aux soins médicaux. Il s’agit du 24e malade qui sous le coup du blocus médical inhumain imposé à Achraf puis à Liberty a été supplicié à mort.

Le représentant des habitants de Liberty avait demandé depuis un mois son transfert à l’étranger pour y être soigné. Devant la dégradation de l’état du malade, le conseiller juridique de Liberty avait lui aussi à nouveau écrit le 3 février aux autorités onusiennes : « Je voudrais attirer votre attention sur le cas de M. Ali Salari qui souffre de myélomes multiples. Nous demandons d’accélérer son transfert. »

Ali Salari, 47 ans, a rejoint l’OMPI en 1988 et durant les 27 dernières années a lutté sans répit contre le fascisme religieux au pouvoir en Iran.

Maryam Radjavi, Présidente élue de la Résistance iranienne, a adressé ses condoléances à la grande famille Salari de la ville de Bandar-Abbas dont il était originaire. Elle a estimé qu’Ali Salari constitue à juste droit un modèle brillant dans la résistance du peuple iranien au régime des mollahs. Elle a rappelé une fois de plus aux USA et à l’ONU leurs obligations et engagements écrits répétés sur la sécurité et le bien-être des habitants de Liberty. Elle leur a demandé d’agir de toute urgence pour mettre fin à ce blocus inhumain.

 

Le blocus contre les réfugiés iraniens du camp Liberty continue sous toutes ses coutures

Camp-LibertyL’interdiction qui frappe l’entrée de l’essence au camp Liberty en Irak a entamé son troisième mois. Ces neuf dernières semaines, pas même un litre d’essence n’est entré dans le camp. Ces trois dernières années, l’essence que les habitants ont achetée et faite entrer dans le camp a servi à un nombre limité de services publics et de véhicules pour la distribution des repas et les déplacements des malades, des blessés et des handicapés incapables de marcher sur le gros gravier et les sols dénivelés du camp.

Empêcher l’entrée de l’essence a forcé les malades à marcher dans le froid, sur des chemins boueux et caillouteux qui les font terriblement souffrir. Ce blocus de l’essence empêche même les habitants d’emmener des malades urgents à la clinique du camp.

Les habitants et leurs représentants ont porté à l’attention quotidienne de la MANUI ce blocus inhumain, et en ont informé l’ONU et les USA dans une correspondance abondante. Malheureusement, aucune mesure sérieuse n’a été prise.

La Résistance iranienne appelle la communauté internationale et les organes concernés, ainsi que les défenseurs des droits humains et des réfugiés, à condamner ce siège criminel. Etant donné les engagements répétés et écrits du gouvernement américain et de l’ONU sur la sécurité et le bien-être des habitants de Liberty, la Résistance iranienne appelle à leur intervention immédiate pour mettre fin au siège et assurer l’entrée de l’essence et des autres biens essentiels dans le camp.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *