Camp Liberty

Martin Kobler ouvre la voie au vol des biens des Achrafiens et à un 3e massacre par Maliki à demande du régime iranien

Posted

tour-achrafCompte tenu de son extrême partialité en faveur de Maliki, Kobler est responsable sur le plan judiciaire en cas d’attaque ou d’agression contre Achraf ou l’expropriation de ses biens, et doit rendre des comptes

Dix-sept jours après le retour d’Irak du sénateur américain Torricelli, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU (RSSG) Martin Kobler dans une lettre menaçante et sournoise, fait fi de toutes ses promesses antérieures et prouve une fois de plus qu’il défend tout simplement les intérêts de Maliki et du régime iranien contre les membres de l’opposition iranienne.

En contradiction avec la proposition et l’accord écrit de la MANUI passé avec le sénateur Torricelli, M. Kobler rejette la solution au problème de la propriété par le biais d’avocats internationaux et avance sans scrupule et sans vergogne que le gouvernement irakien accepte uniquement l’engagement d’avocats irakiens dans ce dossier après leur vérification par des services irakiens.

En septembre 2012, Kobler a tenté d’imposer aux avocats des résidents des agents des services de sécurité irakiens en guise de négociants. Par la suite, afin de satisfaire Al-Maliki, Kobler a fait échouer la solution d’une entreprise britannique. Cette société dont le contrat pour l’achat des biens meubles et immeubles des résidents avait été approuvée par l’ambassade d’Irak à Londres, le Foreign Office et de la Chambre de commerce anglo-arabe, a été contrainte de se retirer en raison des intimidations de son représentant irakien par les agents de Maliki et des pressions hystériques de Martin Kobler sur le patron de la société.

Dans sa lettre du 21 janvier 2013, Martin Kobler torpille le processus en ignorant délibérément les bonnes intentions et les deux mois d’efforts des représentants et des avocats des habitants d’Achraf et de Liberty qui ont organisé le projet coûteux et complexe du voyage du sénateur Torricelli et du Pr. Schneebaum en Irak à la veille du Nouvel An ; un projet lancé le 24 novembre sur la suggestion de M. Busztin, l’adjoint de Martin Kobler.

Ce faisant, Kobler veut une fois de plus relancer le jeu et à cet effet a recherché les noms et numéros de téléphone des trois avocats irakiens afin de les livrer aux agents criminels de Maliki dans le but de « vérifications ». Le sénateur Torricelli avait engagé trois avocats irakiens pour qu’ils travaillent sous sa supervision et son contrôle en tant qu’assistants juridiques et conseillers de la délégation de juristes internationaux. En écartant les juristes internationaux, Kobler a l’intention de retirer la tête de l’équipe juridique dans le but d’écarter les avocats irakiens (comme le représentant irakien de la société britannique) afin d’ouvrir la voie au pillage des biens et au futur massacre des habitants.

Selon la directive du conseil des ministres de Maliki du 17 juin 2008, et conformément à la loi répressive de Maliki sur le terrorisme, vivement contestée par forces patriotes et la population en Irak, « toute coopération avec l’organisation terroriste des Moudjahidine du peuple par toute organisation, tout parti, toute institution ou tout ressortissant irakien ou étranger en Irak sera soumis aux lois de la lutte contre le terrorisme et transmis à la justice conformément à cette loi. »

2 – Sur la base des expériences précédentes, y compris les obstacles à la mise en œuvre de l’accord des résidents avec un commerçant irakien (d’avril à septembre 2012), les menaces contre le représentant irakien d’une société britannique et les obstacles à la mise en œuvre d’un accord avec cette société (de septembre à novembre 2012), et l’assassinat de Akram Naghib, avocat des résidents d’Achraf  (septembre 2012), le sénateur Torricelli a écrit à plusieurs reprises et spécialement le 13 janvier 2012 à Martin Kobler que pour présenter les juristes irakiens au gouvernement irakien, le RSSG devait garantir trois points de la part du gouvernement irakien dans une lettre officielle:

«- Premièrement, la directive du conseil des ministres concernant la coopération des citoyens irakiens avec l’OMPI n’a aucune incidence sur le droit à la propriété de cette organisation et ne s’applique pas aux avocats en général et n’est précisément pas pertinente en ces circonstances puisque le gouvernement irakien se félicite de leur engagement. Je suis également heureux de vous annoncer que vos avocats ne seront pas poursuivis et que leur sécurité ne sera pas mise en danger.

– Deuxièmement. Le gouvernement irakien reconnaît que les avocats représentent les résidents pour but de présenter et de recevoir des propositions pour la vente ou la liquidation de leurs actifs en Irak. Le sénateur Torricelli et Steven Schneebaum en tant que représentants légaux des habitants conservent le droit exclusif de négocier, accepter ou rejeter les propositions et de maintenir ou de révoquer un avocat. L’autorité ultime revient entièrement aux représentants des habitants à Paris.

– Troisièmement. Les négociations entre les représentants légaux des résidents et le gouvernement irakien se tiendront sans conditions préalables et comprendront la totalité des biens personnels, des biens meubles, des biens immeubles et des biens immobiliers. Aucun accord sur un point ne sera considéré accepté ou conclu tant que Steven Schneebaum et le sénateur Torricelli n’auront délivré d’affirmation écrite. »

Ces trois points ne sont ni nouveaux ni illogiques et le sénateur a insisté dessus dès le début. En plus des discussions verbales dans le voyage à Bagdad, il mentionne clairement ces points dans sa lettre du 7 janvier à M., Basztin et au paragraphe 35 de son rapport.

3 – Mais M. Kobler dans sa lettre d’aujourd’hui ignore le point le plus fondamental à savoir que le parti principal vis-à-vis des biens d’Achraf est le sénateur Torricelli et non les avocats irakiens, car le gouvernement irakien peut facilement exercer des pressions à leur encontre et intimider les habitants. Kobler écrit : « Le gouvernement irakien s’est dit déçu que vous ne nous autorisiez pas à donner les noms et téléphones des avocats pour vérifications des antécédents. Ces interlocuteurs directs ne peuvent être que des avocats irakiens qu’ils considèrent comme représentants des résidents, et non des avocats internationaux, considérés comme représentants de l’Ompi. »

4 – Kobler ajoute : « En l’absence de la nomination d’avocats irakiens, le comité d’Achraf sera saisi de la question mardi. Ils envisagent de faire un rapport au gouvernement comme quoi après tous les efforts de ces derniers mois et même avec la satisfaction des trois conditions proposées par le sénateur Torricelli, il n’y a toujours pas de progrès et aucune coopération de la part des résidents. Le comité d’Achraf soumettra ensuite l’affaire au cabinet pour une nouvelle décision. »

Il s’agit clairement d’un chantage pour exproprier les résidents de leurs biens et préparer le terrain à un prochain massacre des membres de l’opposition en Irak, dont Maliki et Khamenei dans leur position fragile ont grandement besoin. Compte tenu de son extrême partialité en faveur de Maliki, Kobler est responsable sur le plan juridique en cas d’attaque ou d’agression contre Achraf ou d’expropriation de ses biens, et devra rendre des comptes. Ignorer la délégation d’avocats internationaux est clairement un acte trompeur et inacceptable.

Dans un communiqué, la Résistance iranienne a appelé à une intervention immédiate du Secrétaire général Ban Ki-moon, du Haut Commissaire Antonio Guterres, de la Haut Commissaire Navi Pillay, de l’Union européenne, et en particulier du gouvernement américain pour garantir la sécurité et les droits fondamentaux des habitants d’Achraf et de Liberty.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *