01
OCT
2016

Massacre en 1988 des prisonniers en Iran : Aubervilliers accueille les témoignages des victimes

aubexpo4Une exposition sur le massacre de 1988 des prisonniers en Iran est tenue à Aubervilliers à l’initiative de l’association « 93 au cœur de la République ». Au menu, appel d’une poursuite pénale internationale des responsables de ce crime contre l’humanité.
Des prises de parole par plusieurs élus ainsi que des proches des victimes ont accompagnées l’exposition des photos des exécutés, des écritures par ces derniers, des témoignages des proches, etc.
Pendant l’été de 1988, plus de 30 000 prisonniers politiques furent exécutés dans les prisons iraniennes. La vaste majorité était constituée de partisans et de sympathisants de l’Organisation des Modjahedines du peuple d’Iran (OMPI) mais on peut aussi dénombrer d’autres victimes tels que des partisans de groupes de gauche.
La publication en août 2016 d’une bande audio choquante d’une rencontre d’il y a 28 ans – le 15 août 1988- entre Hosseinali Montazeri (le Dauphin de Khomeiny, fondateur de la République islamique d’Iran à l’époque) avec les membres d’une commission appelée “Commission de la mort », a levé le voile sur de nouvelles dimensions de l’ampleur du massacre.

evelyneyonnet

Evelyn Yonnet, sénatrice de Seine Saint Denis

Evelyne Yonnet, sénatrice de Saint Saint Denis, s’est inquiété de « voir les auteurs du massacre de 1988 toujours au pouvoir en Iran. » Selon la sénatrice, il faut lutter contre la peine de mort en Iran comme dans le monde.

De son côté, l’ancien député communiste et maire honoraire de Montreuil Jean-Pierre Brard a salué Aubervilliers, « ville de résistance » pour avoir accueilli cette exposition. « L’amour de la liberté c’est ça qui doit nous unir. Nous somme coupables de complicité quand nous accueillons un homme d’Etat qui a du sang sur les mains, » a dit M. Brard. « Notre devoir est de faire connaître les révélations de Montazeri. La compassion ne suffit pas, meilleur moyen d’affirmer notre dignité c’est de ne jamais céder. »
Dhaou Meskine, vice président du Comité musulman contre l’intégrisme et pour les droits de l’Homme a également salué le courage des résistants iraniens. Il a rendu hommage à la Résistance iranienne et sa dirigeante Maryam Radjavi pour leur combat contre la théocratie et les femmes en Iran. « Le combat des Iraniens est aussi celui des Français contre l’extrémisme, » a conclu l’orateur.
Fatima Yaou de « 93 au cœur de la République » a dénoncé la discrimination contre les femmes en Iran. Elle a condamné « la possibilité de condamner à mort des fillettes dès l’âge de 9 ans en Iran. »

presidentefll

Akram Hosseini, présidente de FLL

aubexpo1

aubexpo2

aubexpo3

About the Author

Leave a Reply