Uncategorized

Mise en scène de l’ambassade des mollahs à Bagdad et du comité chargé de la répression d’Achraf et préparation en vue d’un nouveau massacre

Posted

Alors que les condamnations de la répression d’Achraf et de la date butoir de fermeture du camp ne cessent de se multiplier dans le monde, l’ambassade du régime iranien à Bagdad en coordination avec le comité chargé de la répression d’Achraf au cabinet du Premier ministre irakien, ont l’intention mardi 1er novembre de mettre en place une mise en scène grotesque contre les Moudjahidine d’Achraf. 

Ils comptent amener devant le camp des hommes de main à leur solde, sous les ordres de Sadegh Mohammad Kazem, en les faisant passer pour des Irakiens ayant subi des préjudices de la part de l’OMPI, pour y mener un sit-in. Le but est de faire croire que la date butoir de fermeture du camp au 31 décembre a le soutien de la population et de préparer ainsi le terrain à un bain de sang. Le bataillon de la force d’intervention rapide de Baquba doit affecter une unité de protection à ce sit-in.

L’ambassade des mollahs a promis à tous ceux qui participeront à cette action, en plus du petit-déjeuner, du déjeuner et du dîner, de bénéficier des services et de facilités de séjour sur place et de recevoir une somme de 10.000 dinars en guise de salaire et d’autres cadeaux. On leur a aussi promis une voyage tous frais payés à Machad et des soins médicaux gratuits.

Selon des informations venant de l’intérieur du régime iranien, ce plan est conduit par Habilian, une branche du ministère du renseignement, dirigée par Mohammad Javad Hacheminejad, et deux mercenaires irakiens, Nafeh Issa et Ali Al-Zoheiri ont reçu des instructions spéciales dans ce sens.

Les services de renseignement des mollahs ont donné pour ordre qu’ils amènent devant Achraf des photos de victimes tuées lors d’attentats terroristes en Irak afin de les faire passer pour des victimes de l’OMPI. Pour que leur rassemblement ait un air naturel, des femmes et des vieillards viendront aussi faire de la figuration en guise de familles des victimes.

Nafeh Issa, sur ordre de l’ambassade des mollahs, pour préparer les lieux du sit-in et du rassemblement des hommes de main, a envoyé le 30 octobre à la ville de Khalis et à Achraf deux agents, Fala Alamoui, alias Abou-Hadjar, et Fazel Mohammad, alias Abou-Abbas.

Le 25 octobre, Nafeh Issa que le régime iranien présente parfois comme « docteur activiste des droits de l’homme » et Ali Al-Zoheiri, avaient organisé une autre mise en scène dans la ville de Khalis contre Achraf qui avait été boycottée par la population locale. Al-Zoheiri avait perçu 12.000 $ de l’ambassade pour la mettre en œuvre.

Nafeh Issah est employé par la force Qods depuis 2006 et se rend de manière permanente en Iran pour y recevoir des instructions.  Au lendemain de l’agression du 7 janvier 2011 à Achraf qui avait fait 176 blessés, dont 91 femmes, il s’était rendu en Iran pour y recevoir son argent. Le 7 mai il avait déclaré à la télévision du régime : « Il ne fait aucun doute que la population attaquera le camp d’Achraf et le détruira sur la tête de ses membres et de ceux qui y vivent. »

La Résistance iranienne met en garde contre les préparatifs d’un nouveau bain de sang.  Elle appelle le président et la secrétaire d’Etat des Etats-Unis, le secrétaire général de l’ONU, le HCR et le Haut commissariat aux droits de l’homme, à Catherine Ashton la Haute représentante de l’UE et à l’ambassadeur Jean de Ruyt, à agir de toute urgence pour assurer la protection des Achrafiens par des forces de l’ONU afin d’éviter un massacre annoncé bien plus grand que celui du 8 avril dernier.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *