ActualitésFemmes

Mois d’ août, mois de la Femme en Afrique du Sud

carte-afrique-du-sudEn Afrique du Sud, le mois d’août est dédié à la Femme. Cet avènement est célébré officiellement depuis 1995, en mémoire de la manifestation du 9 août 1956 au cours de laquelle 20.000 femmes se rendirent devant le siège du Gouvernement sud-africain à Pretoria, pour exprimer leur résistance à l’oppression et, contre la loi les obligeant à porter des passes pour sortir. Le gouvernement sud- africain a lancé jeudi 31 juillet 2014, à l’occasion de la journée de la Femme africaine 2014, les célébrations nationales pour marquer le 60ème anniversaire de la Charte des femmes et 20 ans de liberté.

La manifestation du 9 août 1956 fut un événement décisif pour les femmes sud-africaines, qui voulaient faire valoir leurs droits et manifester leur opposition aux mesures répressives prises par le régime de l’apartheid. Ce jour-là, des femmes d’origines et de milieux différents s’unirent pour défendre leurs libertés et leur pays.

Les organisations sud-africaines et non de la promotion de la femme considèrent la manifestation du 9 août 1956 comme l’étape la plus importante dans la lutte pour l’émancipation des femmes. Organisée par la Fédération des femmes sud-africaines, et la Ligue des femmes du congrès national africain, ANC, la manifestation avait réuni à Pretoria devant le siège du gouvernement, 20 000 femmes venues de tout le pays. Cet énorme événement avait nécessité près d’une année de préparation. Les organisations des femmes blanches, indiennes, métisses et noires avaient toutes répondu présentes pour protester contre l’imposition des « pass » aux femmes. Le jour venu, les responsables, Lillian Ngoyi, Helen Joseph, Sophie De Bruyn, Amina Cachalia ont déposé les pétitions.

Une des manifestantes décrit la scène ainsi : « Pendant une demi-heure, nous sommes restées là, sous le soleil. Pas un son. Juste l’horloge avec son tic-tac. Et puis Lilian a commencé à chanter et nous avons toutes chanté avec elle. Je n’oublierai jamais ce chant que nous avons chanté. C’était un chant écrit spécialement pour cette occasion par une femme.
Tout en rappelant l’héroïsme de ces femmes, le 9 août est aussi l’occasion de faire un bilan des avancées pour les droits des femmes depuis 1994, date qui marque la fin du régime de l’apartheid, et de mesurer le chemin encore à parcourir.

Quelques chiffres permettent d’apprécier le bond en avant des femmes sud-africaines dans le monde politique, la stagnation de la majorité des femmes dans le monde économique et la persistance des attitudes patriarcales dans tous les domaines.

Au niveau du gouvernement , environ 40% des postes ministériels sont détenus par des femmes et le Parlement sud-africain compte au moins 41% de femmes. Dans le secteur privé quelque 29% de femmes ont des postes de décision, bien au-dessus des 22% au niveau mondial. Des efforts ont été faits par le gouvernement sud-africain pour que de plus en plus des femmes des zones rurales aient accès à l’eau et à l’électricité et des milliers de logements ont été construits.

Toutefois, beaucoup d’ organisations insistent pour que les conditions de la femme soient améliorées surtout dans le monde du travail. Elles déplorent surtout le nombre effrayant de femmes victimes de violences domestiques, de viols et de meurtres qui ternit l’image de la société sud-africaine.

Le mois de la femme est aussi une occasion pour une prise de conscience pour que les droits des femmes soient respectés et pour aller vers une société plus juste et plus égalitaire. Occasion pour rappeler cette phrase de l’ancien Président sud-africain, le défunt Nelson Mandela qui conserve encore aujourd’hui toute sa pertinence : « Il n’y a pas de liberté, si les femmes ne sont pas libérées de toutes les formes d’oppression. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *