ActualitésEn iranFemmes

Mollah iranien aux manifestants anti-régime: Vous n’avez pas honte qu’une femme vous remercie?

Ahmad Alam-Al Hoda

Au lendemain des manifestations anti gouvernementales à Machhad, grande ville de l’est de l’Iran, le mollah Ahmad Alam-Al Hoda, Imam des prières et représentant du guide suprême à Machhad, n’a pas caché sa misogynie lors des prières officielles du vendredi. En s’adressant aux milliers des manifestants qui avaient parcouru les rues de la deuxième grande ville iranienne le jeudi en scandant contre le régime à cause de la montée des prix, il a martelé :
“Vos demandes initiales étaient justes. Vous êtes fatigué des prix élevés. Vous êtes venus et vous avez demandé vos droits. Vous avez perdu vos économies, venez et exigez. Mais frères et sœurs, nous sommes dans une révolution et un système … Comment se fait-il qu’un groupe de hooligans se rassemble et chante ‘quittez la Syrie, résolvez notre problème?’
“Est-il normal que le chef des Moudjahidines du Peuple (opposition principale au régime bannie au pays), qui est une femme, vient dire qu’elle vous remercie? …. Maintenant, l’imam caché (le douzième imam chiite), son représentant (Khamenei) et tous les Hezbollahis sont fâchés qu’une femme vous en remercie!”

Maryam Radjavi, présidente du Conseil National de la Résistance iranienne  CNRI, avait salué les manifestants et avait exhorté la population et la jeunesse iranienne à se joindre au « soulèvement contre la vie cher ». « Le soulèvement d’aujourd’hui vient confirmer la revendication pressante de la population pour le renversement de la dictature des mollahs, » avait-t-elle estimé le jeudi.
52 personnes ont été arrêtées à Machhad, deuxième ville d’Iran, lors de récentes manifestations contre la montée des prix, a indiqué vendredi un responsable iranien.
Des milliers de personnes avaient manifesté jeudi dans cette ville en scandant des slogans visant le gouvernement du président Hassan Rohani, jugé incapable de répondre à une série de problèmes économiques.
Le chef du tribunal révolutionnaire de Machhad a indiqué que ces personnes avaient été arrêtées pour avoir scandé des “slogans sévères”.
Selon des images vidéo diffusées par le média « réformateur » Nazar, les manifestants ont scandé “Mort à Rohani” mais aussi “Pas Gaza, pas le Liban, ma vie en Iran”, semblant ainsi critiquer les engagements de l’Iran dans des causes régionales.
Les raisons de la colère des protestataires sont bien plus profondes que la montée des prix, selon un député local.
“Il y a une crise majeure à Machhad causée par les institutions illégales de prêt”, a déclaré Hamid Garmabi, représentant de la ville de Neychabour, près de Machhad.
Il fait référence au développement d’organisations illégales de prêt durant la présidence de Mahmoud Ahmadinejad entre 2005 et 2013.
La mauvaise régulation du secteur bancaire combinée à un boom de la construction ont gravement affecté les compagnies de crédit, qui croulent sous les dettes toxiques et sont incapables de rembourser les investisseurs.
Depuis son arrivée au pouvoir en 2013, le gouvernement de Rohani a cherché à faire le ménage dans le secteur de la finance, fermant trois des plus grandes organisations de crédit, Mizan, Fereshtegan et Samen al-Hojaj.
Machhad a été l’une des villes les plus touchées par la fermeture de Mizan, qui totalisait environ un million de comptes, engendrant plusieurs manifestations depuis 2015 dans la ville selon l’agence officielle IRNA.
La région a également été touchée par d’autres escroqueries financières comme l’effondrement en 2015 d’un méga projet de construction d’une nouvelle ville près de Machhad, qui a affecté plus de 100.000 investisseurs.
Le samedi, le soulèvement « contre la vie chère » s’est étendu à plusieurs régions d’Iran.
A Ispahan, les manifestants ont scandé « Mort à Khamenei ». A Rasht, la population a déferlée dans les rues aux cris de « Mort au dictateur », « Mort à Khamenei », « Aujourd’hui est le jour du deuil, les droits de notre nation sont spoliés par les mollahs », « Les mollahs, honte à vous, abandonnez le pays », « Nous mourons, mais nous libèrerons l’Iran ». Lorsqu’ils ont été attaqués par la police, ils ont scandé « Police, allez arrêter les voleurs” (en référence au nombreux détournement de fonds par les officiels du régime).
La population de Khorramabad a également manifesté contre la répression et la pauvreté dans le pays.
A Qom, les manifestants ont scandé : « Khamenei, honte à toi, abandonne le pouvoir », « Mort à Khamenei ».
À Qazvin, la population a scandé « Chers compatriotes, venez dans la rue et criez pour vos droits ».
La population de Bojnourd a scandé en signe de protestation contre la corruption au seine du régime: «Ils ont fait de l’Islam une plateforme pour réprimer la population. »
La population de Sabzevar s’est également jointe aux protestations nationales contre le régime.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *