ActualitésCamp Liberty

Nouvelles lettres persanes

Posted

22 NOVEMBRE 2013 |  PAR JEAN-PAUL BOURGÈS

BourgessPour parler de ce qui se passait en France en 1711, MONTESQUIEU avait eu l’idée de faire écrire Usbek aux amis qu’il s’était fait sur sa longue route entre Ispahan et Paris, mais aussi à diverses personnes qu’il connaissait en Perse, autrement dit en Iran, et en particulier à des mollahs.

Le nouvel Usbek a réussi à profiter de sa connaissance de la langue iranienne pour parcourir l’Iran et faire clandestinement parvenir à ses amis français, quelques informations glanées lors de son voyage au pays de ses lointains ancêtres.

Nous avons eu la chance de prendre connaissance de certaines de ses lettres parvenues chez nous par la grâce de la NSA, qui sait tout sur tout et partout.

Usbek écrivait ainsi, récemment, à un ami qui s’appelle « Barbe-blanche », le texte ci-après :

« Cher Barbe-blanche, au pays des mollahs tu passerais plus inaperçu que moi car c’est imberbe que je suis arrivé des bords de la Seine. Mais je pense qu’en dehors de cette pilosité, qui te permettrait de te fondre mieux que moi dans la foule, tu aurais du mal à t’empêcher de crier d’horreur devant les spectacles de la rue. Là où, chez toi, ce sont des aliments que l’on voit pendus aux étals sur les marchés, ici ce sont des opposants politiques qui garnissent les potences dressées aux carrefours du bazar. Et là où, rue Mouffetard, les chalands observent avec gourmandise les victuailles qu’ils projettent d’acquérir, ici les passants franchissent les rues en détournant leur regard de ces horreurs ».

Ne pouvant lui écrire avec son véritable nom, Barbe-blanche lui répondit : « Cher U2, ce que tu me racontes est difficile à croire et je me demande si tu n’aurais pas confondu des voyous ayant détroussé de braves gens et abusé d’honnêtes femmes avec des militants politiques, dont je crois qu’ils sont concentrés dans le camp Liberty qui, depuis l’irak, fait obstacle à la modernisation de l’Iran en conformité avec les règles pacifiques et humanistes de l’Islam-chiite. Mais, même si j’ai l’impression que tu as perdu ta légendaire clairvoyance, continue de me décrire ce que tu observes depuis ton retour en Perse ».

Quelques jours plus tard, Usbek, alias U2, écrivit un nouveau message encore plus surprenant à Barbe-blanche : « Cher Barbe-blanche, j’ai bien réfléchi à tes conseils visant à me permettre d’éviter la paranoïa qui me menaçait. Mais il faut dire que le spectacle de ces pendus m’avait bouleversé et que je n’avais pas assez enquêté pour comprendre les abominables forfaits dont ils s’étaient rendus coupables. Plus calme, grâce à ta sagesse bien typique de ce qui caractérise la France, ta si chère patrie qui est un phare de l’humanité, j’ai poursuivi mon voyage et j’ai, une fois de plus, besoin de tes lumières. Un commerçant du bazar d’Ispahan vient de me dire qu’on ne peut plus faire de bons jus de fruits en Perse, car toutes les centrifugeuses auraient été confisquées. Il me disait que le motif en serait une moquerie d’un hurluberlu qui aurait déplu au Guide Suprême. Cet individu stupide aurait dit qu’en Perse, aujourd’hui, il n’y avait plus que les centrifugeuses qui tournaient rond ! Quelle sottise. »

Barbe-blanche lui répondit juste : « Cher U2, cette histoire de centrifugeuses a été racontée, également, par Laurent FABIUS récemment … mais il a une autre explication que je n’ose te raconter car je tiens trop à ta sécurité ».

Ce dialogue s’arrêta là, au moment où des individus étranges pénétrèrent dans la chambre d’hôtel d’Usbek qui se dirigeait alors vers une charmante petite ville s’appelant Arak, où, dit-on toutes les centrifugeuses du pays étaient concentrées ! Nous n’en saurons pas plus.

Pour revenir à la réalité de ce qui se joue actuellement, il faut espérer que la négociation en cours à Genève aboutira à une conclusion libérant le Moyen-Orient de la menace du régime des mollahs. On peut alors penser que ce recul, s’il est obtenu, ouvrira une réelle perspective de chute de cette odieuse théocratie qui martyrise son peuple. Encore faudrait-il que les USA imposent à l’Irak de cesser sa complicité scandaleuse avec le régime des mollahs et que les pays européens apportent une vraie protection à la résistance iranienne. Est-ce trop espérer ?

Jean-Paul Bourgès 22 novembre 2013

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *