Camp Liberty

Pour spolier les Achrafiens, la force Qods à l’intention de bruler leurs biens avec l’aide des forces irakiennes

Posted

police-forces irakiennesSelon des informations dignes de foi obtenues de l’intérieur du régime par la Résistance iranienne, la force terroriste Qods, suivant un plan secret, a l’intention de faire entrer ses agents clandestinement à Achraf pour incendier les biens des Achrafiens.

Le plan serait exécuté par ses propres agents irakiens comme les terroristes du 9e corps de Badr avec l’aide des militaires irakiens aux ordres du cabinet du premier ministre qui sont là soi-disant pour protéger Achraf. Ils veulent ainsi spolier les Achrafiens de leurs biens et leur faire porter la responsabilité de cet incendie.

Vu les manœuvres du régime et de la force Qods pour déposséder les Achrafiens, détruire ou confisquer leurs biens, vu le travail de sape du gouvernement irakien dans la vente de ces biens, et vu qu’il ne reste plus que 100 Achrafiens sur place pour la surveillance et la maintenance, ce qui n’est pas suffisant, la Résistance iranienne demande le retour d’un groupe de Liberty à Achraf pour surveiller les biens jusqu’au règlement final de la situation. Ces personnes peuvent être choisies parmi celles qui ont été interrogées par le HCR et dont le processus de confirmation de leur statut de réfugié est terminé. Depuis le début de ce plan de destruction, le gouvernement irakien, sur demande du régime iranien, cherche de diverses manières à spolier les Achrafiens et a fait échouer tous leurs efforts pour vendre leurs biens : interdiction faites aux négociants d’entrer à Achraf pour acheter, travail de sape et obstacles mis à l’exécution d’un contrat passé avec un homme d’affaires irakien, puis une compagnie britannique, des menaces de mort contre son représentant, et mesures illégales du gouvernement irakien dans ce domaine.

Dernièrement, le sénateur Torricelli et du Pr. Schneebaum, représentants juridiques des Achrafiens, se sont rendus en Irak pour y régler la question des biens, sur proposition de la MANUI. Mais contrairement à l’accord initial, aucune autorité irakienne n’a accepté de les rencontrer, et ils n’ont pas obtenu l’autorisation se rendre à Liberty ni à Achraf pour y parler avec les habitants et voir de près les biens. Leur visite n’a mené à rien, malgré les frais et les efforts considérables qu’elle a entrainés.

Lors de cette visite, ces représentants légaux ont pu s’entretenir avec une équipe d’avocats irakiens pour recueillir des conseils juridiques et conclure un accord. Le gouvernement irakien, par la voix de la MANUI, a demandé à entrer directement en contact avec ces avocats. Le sénateur Torricelli a demandé à Martin Kobler d’obtenir du gouvernement irakien une garantie formelle écrite, formulée en trois points, pour la sécurité de ces avocats avant toute rencontre. Mais Kobler ne l’a pas fait et il s’est avéré dans les lettres suivantes que le gouvernement irakien a refusé de fournir ces garanties.

Les 7 et 13 janvier, M. Torricelli a demandé formellement à Martin Kobler de soumettre trois points à Falah Fayaz, le conseiller à la sécurité nationale de Maliki et d’en donner par écrit une garantie :

1- La directive du conseil des ministres contre la coopération des citoyens Irakiens avec l’Ompi ne doit avoir aucun impact sur le droit à la propriété de cette organisation et ne s’applique pas aux avocats en général, spécialement en ces circonstances puisque le gouvernement irakien se réjouit de leur engagement dans ce dossier. Les avocats irakiens ne seront pas poursuivis et leur sécurité ne sera pas mise en danger.

2- Le gouvernement irakien reconnait que les avocats représentent les habitants dans le but de présenter et de recevoir des propositions de vente ou de liquidation de leurs biens en Irak. Le sénateur Torricelli et Steven Schneebaum, en leur qualité de représentants juridiques des Achrafiens, ont les droits exclusifs en matière de négociation, pour accepter ou rejeter les propositions et maintenir ou refuser toute proposition. La décision ultime revenant entièrement aux représentants des Achrafiens à Paris.

3- Les négociations entre les représentants légaux des résidents et du gouvernement irakien se tiendront sans pré conditions et porteront sur tous les biens personnels, meubles et immeubles et immobiliers. Aucun accord sur aucune question ne sera accepté ou conclu sans l’aval écrit de Steven Schneebaum et du sénateur Torricelli.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *