ActualitésEn iran

Reyhaneh Jabbari, l’innocence exécutée à l’aube en Iran

Plein de haine envers les femmes, le régime iranien exécute la victime d’un viol. 

Le régime misogyne des mollahs cherche à intensifier le climat de terreur, en particulier contre les femmes et les jeunes qui ne se soumettent pas à son oppression.

rayhaneh-jabbari-iran-executionReyhaneh Jabbari a été pendue à l’aube, dans un ciel rouge de colère, ce 25 octobre à la prison de Gohardacht à Karadj, près de Téhéran. Elle était emprisonnée depuis sept ans. Elle avait été transférée la veille de la prison de Garchak (de la ville de Varamine) à celle de Gohardacht en isolement cellulaire.

La pendaison de Reyhaneh s’est menée sur l’insistance des hauts responsables du ministère du Renseignement (le Vevak) qui ne lui pardonnaient pas de s’etre défendue contre un agent de leurs services. Cette mise à mort s’est faite au mépris des nombreux appels des organisations internationales des droits humains et des droits des femmes. La Résistance iranienne avait elle aussi appelé à de nombreuses reprises à sauver cette jeune fille et mené plusieurs campagnes à cet effet.

Rayhaneh Jabbari, étudiante décoratrice de 26 ans, était incarcérée pour s’être défendue à l’arme blanche contre un agent du renseignement qui l’avait attirée dans un endroit pour la violer. La bagarre s’était terminée par la mort de l’agent. Elle avait alors 19 ans. Les bourreaux lui ont fait subir de violentes tortures pour lui arracher des aveux forcés. Ils n’ont pas hésité à lui faire subir de nombreuses fausses exécutions pour la briser. La pression était infernale. Ses parents ont eu droit à une dernière visite la veille et ce sont eux qui ont averti de sa mise à mort imminente.

La pendaison de Reyhaneh Jabbari, marque une fois de plus la sauvagerie et la misogynie du régime des mollahs, a estimé Maryam Radjavi, la dirigeante de l’opposition iranienne. Cet acte cruel est l’autre face des agressions inhumaines à l’acide des mollahs contre les femmes et les jeunes filles innocentes.

Elle a appelé l’ensemble des instances de défense des droits humains et des droits des femmes à condamner vigoureusement l’exécution de cette jeune étudiante et à prendre des mesures rapides et contraignantes contre la dictature religieuse pour faire cesser les exécutions, la torture et les tueries en Iran.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *