Camp LibertyEn iran

Un prothésiste et une cargaison de denrées alimentaires interdits d’entrer à Liberty

Posted

Les Irakiens bloquent à nouveau l’entrée de Liberty aux soins médicaux

Le 31 octobre, dans une démarche inhumaine, les forces irakiennes sur ordre de Sadegh Mohammad Kazem, directeur du camp, ont interdit d’entrer un spécialiste de prothèses de jambes et de bras, qui selon un accord précédent s’était déjà rendu à Liberty pour s’occuper des blessés. Les blessés et les handicapés ont une fois de plus été privés des soins indispensables dont ils avaient besoin.

Entre temps, les forces irakiennes ont empêché l’entrée des vélos et des tricycles qu’ils avaient achetés pour les déplacements des handicapés à l’intérieur de Liberty. Tandis que la vie dans le camp et les déplacements sur les chemins de sables et de pierres sont insupportables pour les paraplégiques, le gouvernement irakien avec ces restrictions criminelles veut torturer moralement et physiquement les habitants du camp.

Dans une autre mesure inhumaine, le 1 novembre, les forces irakiennes ont empêché l’entrée d’une cargaison de denrées alimentaires et une grande partie des denrées ont pourri, car le véhicule est resté des heures durant à l’entrée de Liberty.

On retiendra le silence étourdissant des observateurs de l’oNU dnas ces trois cas de violations flagrantes des droits humains.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *