Iran: Odyssée de 15 ans de Maryam Akbari Monfared

Maryam Akbari Monfared est née le 14 décembre 1975 et est mère de 3 filles. Elle est l’une des prisonnières politiques les plus résistantes en Iran, qui a choisi de vivre libre sans se plier aux mollahs.

Elle a été incarcérée parce qu’elle demande justice pour quatre de ses frères et sœurs exécutés de sang-froid par le régime clérical dans les années 1980. Sa sœur, Roghiyeh Akbari Monfared, avait une petite fille lorsqu’elle a été envoyée à la potence parmi les prisonniers massacrés au cours de l’été 1988.

Maryam Akbari Monfared et ses quatre frères et sœur assassinés dans les années 1980

Maryam Akbari Monfared et ses quatre frères et sœur assassinés dans les années 1980

Tout au long des années qu’elle a passées derrière les barreaux, Maryam a toujours été une source d’inspiration pour les autres prisonnières. L’une de ses compagnes de cellule, Atena Farghadani, ancienne prisonnière politique, la décrit comme “une femme dont la résistance était un arc-en-ciel d’espoir pour toutes les prisonnières”.

Les autorités pénitentiaires l’ont donc envoyée dans une prison éloignée pour éviter qu’elle n’inspire d’autres personnes. Le 9 mars 2021, elles l’ont brusquement emmenée à la prison de Semnan et l’ont abandonnée parmi les prisonnières de droit commun, en violation du principe de séparation des délits.

Dans la prison de Semnan, elle a été privée de visites et d’appels téléphoniques ordinaires à sa famille comme les autres prisonnières. Chaque appel qu’elle passe doit se faire en présence des autorités pénitentiaires et des agents de sécurité.

Après 14 ans d’emprisonnement, Maryam Akbari Monfared souffre de diverses maladies. Le ministère des renseignements ne l’autorise pas à consulter un médecin en dehors de la prison. Le médecin de la prison lui a prescrit des aliments spéciaux, mais ses demandes pour une alimentation correcte et une visite à un spécialiste sont restées sans réponse. 

Son état physique s’est gravement détérioré en raison de l’absence d’une alimentation appropriée et d’un accès au traitement, et elle souffre de divers effets secondaires. 

Le prix pour rester inébranlable 

En août 2023, la section 101 du tribunal pénal de Semnan a condamné Maryam Akbari Monfared par contumace à 2 années de prison supplémentaires et à 150 millions de rials d’amende pour “diffusion de faussetés dans les médias sociaux”, sur la base de deux affaires déposées contre elle par le ministère des renseignements. 

 La première affaire concerne son séjour à la prison d’Evin, où elle a été accusée de diffuser de la “propagande contre l’État”. Le second dossier concerne son séjour à la prison de Semnan, où elle est accusée d’avoir insulté Ali Khamenei, le guide suprême des mollahs, de propagande contre l’État, de rassemblement et de collusion ( !), d’avoir diffusé des faussetés et perturbé l’opinion publique, et d’avoir incité les gens à porter atteinte à la sécurité nationale et extérieure par le biais de lettres publiées dans les médias sociaux. 

Le mari et les filles de Maryam Akbari Monfared

Le mari et les filles de Maryam Akbari Monfared